Neuchâtel: Affaire Legrix: le Conseil d'Etat refuse d'intervenir
Actualisé

NeuchâtelAffaire Legrix: le Conseil d'Etat refuse d'intervenir

Le gouvernement neuchâtelois n'interviendra pas pour que Jean-Charles Legrix se voie restituer son dicastère à la Ville de La Chaux-de-Fonds.

L'élu UDC ne peut plus exercer ses fonctions au Conseil communal. (photo: Keystone)

L'élu UDC ne peut plus exercer ses fonctions au Conseil communal. (photo: Keystone)

Malgré son statut d'autorité de surveillance des communes, le Conseil d'Etat juge que l'exécution des décisions judiciaires ne fait pas partie de ses prérogatives.

Mi-octobre, après une décision du Tribunal cantonal, M. Legrix avait fait une requête auprès du Conseil d'Etat. Il voulait que le gouvernement ordonne à ses collègues du Conseil communal de lui rendre ses charges et ses dossiers, c'est-à-dire qu'il les force à appliquer l'effet suspensif qu'implique son recours contre sa mise l'écart décidée en août.

Or le gouvernement «ne prendra aucune mesure en lien avec ladite requête», a-t-il indiqué mardi dans un communiqué. Il a précisé qu'il ne ferait aucun commentaire supplémentaire à ce sujet.

L'élu UDC s'est vu retirer ses fonctions par ses pairs il y a bientôt trois mois. Ceux-ci ont pris cette décision à la suite d'un audit externe concluant à du harcèlement moral de sa part envers des collaborateurs. Mais il refuse de démissionner.

Il a fait recours auprès du Tribunal cantonal contre sa mise à l'écart. Ce dernier ne s'est pas encore prononcé sur le fond, mais a rendu une décision de procédure: il a indiqué que l«effet suspensif est la règle et découle directement de la loi, mais qu'il n«y a pas matière à décision de l«autorité de recours à ce sujet. (ats)

Ton opinion