Actualisé 28.02.2011 à 10:43

Justice en ValaisAffaire Luca: deux des trois experts écartés

Deux experts ont été écartés dans le cadre de l'affaire Luca Mongelli, l'enfant retrouvé nu dans la neige et mystérieusement mutilé en février 2002, à Veysonnaz (VS).

de
ats/gco

Le procureur général adjoint du Canton du Valais a donc suivi la demande de la famille, rapporte lundi la radio Rhône FM.

Le choix d'experts, annoncé en novembre 2011 par le juge instructeur cantonal valaisan Nicolas Dubuis, avait aussitôt suscité l'incompréhension de la famille de Luca. Selon elle, deux des trois experts désignés n'étaient pas habilités à examiner le dessin réalisé par le jeune frère de Luca.

Seul un expert canadien est retenu

La famille avait mis en doute la neutralité du psychologue suisse Philip Jaffé. «Il a exprimé son opinion sur l'affaire lors de l'émission «Zone d'ombre» de la TSR et en a aussi longuement discuté hors caméra», avait expliqué Fred Reichenbach, le président de la Fondation Luca.

Quant au choix du psychologue français Paul Bensussan, il avait aussi laissé Fred Reichenbach perplexe: «Le 21 octobre 2011, suite à une demande de ma part, il m'a répondu qu'il n'était pas la bonne personne puisqu'il n'est ni pédopsychiatre, ni un spécialiste de l'interprétation du dessin d'enfant».

Un dessin qui pourrait réouvrir le dossier

Le juge instructeur cantonal valaisan avait également mandaté le canadien Hubert Van Gijsghem pour cette expertise. Un choix que la famille de Luca ne conteste pas. A l'heure actuelle, seul ce professeur reste donc habilité à mener cette expertise.

Les experts choisis devaient analyser un dessin du jeune frère de Luca, réalisé en 2005 dans le cadre de l'école en Italie, où la famille réside. Il montre Luca en train de se faire taper par d'autres enfants. Selon les conclusions des experts, le juge instructeur cantonal pourrait décider d'une réouverture éventuelle du dossier.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!