Actualisé 07.02.2019 à 17:10

Genève

Affaire Obiang: les bolides séquestrés seront vendus

Le Ministère public a classé la procédure pour blanchiment visant le vice-président de la Guinée équatoriale.

de
jef
1 / 17
25 voitures de luxe ayant appartenu à Teodorin Obiang, le fils du président de Guinée équatoriale, ont été vendues aux enchères, dimanche 29 septembre 2019, à Chéserex (VD).

25 voitures de luxe ayant appartenu à Teodorin Obiang, le fils du président de Guinée équatoriale, ont été vendues aux enchères, dimanche 29 septembre 2019, à Chéserex (VD).

Laurent Gillieron
Les bolides sont partis pour un total de 23,4 millions de francs, a indiqué la maison de vente Bonhams.

Les bolides sont partis pour un total de 23,4 millions de francs, a indiqué la maison de vente Bonhams.

Laurent Gillieron
Onze de ces véhicules avaient été séquestrés en novembre 2016 dans la zone de fret de l'aéroport de Genève sur mandat du Ministère public, dans le cadre d'une procédure pénale contre Teodorin Obiang.

Onze de ces véhicules avaient été séquestrés en novembre 2016 dans la zone de fret de l'aéroport de Genève sur mandat du Ministère public, dans le cadre d'une procédure pénale contre Teodorin Obiang.

Lecteur reporter

L'affaire Teodorin Obiang s'achève en queue de poisson. En 2016, le Ministère public du bout du lac avait ouvert une procédure pénale pour blanchiment d'argent et gestion déloyale des intérêts publics à l'encontre du vice-président de la Guinée équatoriale et de deux autres individus. Dans ce cadre, il avait fait séquestrer 25 voitures de grand luxe à Genève et un yacht aux Pays-Bas. Ce jeudi, le Parquet a annoncé qu'il classait cette procédure.

Les bolides ne seront cependant pas rendus, ni à Teodorin Obiang, le fils aîné du président, ni à l'état africain. A la suite d'un accord, il a été décidé qu'ils seront vendus. «Le produit net de leur vente sera affecté à un programme à caractère social sur le territoire de la Guinée équatoriale», précise le Parquet. Parmi ces engins d'exceptions figurent notamment une Koenigsegg, une Lamborghini Veneno, une Bugatti Veyron et plusieurs Ferrari.

Le Ministère public précise que les prévenus ont accepté que ces véhicules soient confisqués et vendus après plusieurs audiences et envois de commissions rogatoires aux Etats-Unis, aux îles Caïmans, en France, aux Pays-Bas, aux îles Marshall, à Monaco et au Danemark. Le programme humanitaire financé par leur cession sera mis en oeuvre en collaboration avec le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Le séquestre du yacht, nommé «Ebony Shine», a pour sa part été levé. La Guinée équatoriale a accepté de verser 1,3 million de francs suisses à l'Etat de Genève, «notamment pour couvrir les frais de procédure», indique le Parquet; pour financer les frais d'entretien du palace flottant, écrit le site tdg.ch, qui s'élevaient à 2000 euros par jour, à la charge du contribuable genevois.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!