Actualisé 25.10.2010 à 14:06

GenèveAffiche du MCG: Berne s'en mêle

Le Mouvement citoyens genevois (MCG) recourt contre la décision du Conseil d'Etat et du Ministère public de la Confédération de censurer ses affiches pour l'expulsion des criminels étrangers.

von
dti/sha

L'affiche avec l'image de Kadhafi devient une affaire nationale. Après le Conseil d'Etat genevois, le Ministère public de la Confédération (MPC) est également intervenu.

Dans un courrier recommandé intitulé «Séquestre provisoire», le MPC ordonne «toute référence, sous forme de texte ou d'image, à M. Kadhafi et à l'Etat libyen ou un de ses représentants sur l'affiche établie en vue de la votation fédérale du 28 novembre 2010 doit être supprimée sur-le-champ par le MDG (sic!), représenté par son Président Eric STAUFFER». Si l'affiche n'est ainsi pas modifiée, elle sera séquestrée.

Au niveau de la SGA, la société d'affichage chargée de placarder les 400 posters, celle-ci «doit supprimer la photographie de M. Kadhafi sur toute affiche en sa possession et renoncer à diffuser une affiche qui n'aurait pas été modifiée».

C'est l'avocat Soli Pardo, à peine admis dans les organes dirigeantes du MCG, qui a pris la défense de son nouveau parti. Par voie de presse et au nom du MCG, l'ancien président de l'UDC genevoise a demandé lundi matin au Tribunal administratif cantonal d'annuler la décision prise par le Conseil d'État jeudi dernier d'interdire les affiches arborant le visage du leader libyen.

Dans la foulée, l'avocat va également recourir contre la décision du Ministère public de la Condédération auprès du Tribunal pénal fédéral à Bellinzone.

Initialement prévue pour le lundi 25 octobre, la campagne d'affichage commencera le 1er novembre prochain.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!