Actualisé 23.01.2009 à 15:42

Open d'AustralieAffrontements entre supporters serbes et bosniaques

Une bagarre entre supporters serbes et bosniaques a éclaté vendredi dans l'enceinte même de l'Open d'Australie qui avait déjà été le théâtre de violents affrontements il y a deux ans.

Des supporters des deux clans, qui sortaient du match entre le Serbe Novak Djokovic et l'Américian d'origine bosniaque Amer Delic, se sont affrontés à coup de chaises devant le court central.

Une femme a été légèrement blessée à la tête et une trentaine de personnes, pour la plupart des hommes d'une vingtaine d'année, ont été expulsées du stade. Les affrontements se sont ensuite poursuivis en dehors du stade.

«Un certain nombre de personnes a été impliqué dans un concours de lancer de chaises avec comme résultat l'expulsion d'une trentaine d'entre eux», a déclaré Chris Duthie, officier de la police de Melbourne. «Deux personnes vont être poursuivies en justice et une autre a été verbalisée», a-t-il ajouté.

«La police est intervenue rapidement et avec efficacité et nous ne nous attendons pas à d'autres incidents», a conclu l'officier de police.

Il y a deux jours déjà, des supporters serbes, croates et bosniaques avaient failli en venir aux mains. Une rencontre entre le Croate Marin Cilic et le Serbe Janko Tipsarevic s'était disputée dans une ambiance houleuse.

Le match entre Amer Delic et le Français Paul-Henri Mathieu avait été perturbé par des chants nationalistes et des attaques verbales entre supporters serbes et bosniaques.

A l'issue de cette rencontre, Delic avait lancé un appel au calme, appelant la communauté bosniaque à ne «pas transformer en troisième guerre mondiale» son match face à Novak Djokovic vendredi.

«Je dirai à mes fans que nous n'avons pas besoin d'apparaître sous un mauvais jours sous les yeux du monde entier et j'espère que Novak dira la même chose aux siens. Je leur dirai que cela doit rester un match de tennis.»

Si le match s'est déroulé dans une ambiance bon enfant, la situation a donc dérapé à la sortie du court. «Comme je l'ai déjà dit, ces violences n'ont pas leur place ici, a commenté Delic. Vous avez pu faire qu'avec Novak (Djokovic) on était amis, on s'est donné l'accolade au filet, alors il n'y a aucune raison pour que de tels événements arrivent. C'est triste.»

«C'est quelque chose qu'on ne peut pas contrôler, a estimé de son côté Novak Djokovic. Je suis là pour jouer au tennis et rien d'autre. On laisse cela aux personnes compétentes.»

Considéré comme un événement très familial, l'Open d'Australie a été confronté à ce problème pour la première fois en 2007. Des supporters serbes et croates s'étaient battus dans l'enceinte du stade, un événement rarissime dans le monde d'habitude très feutré du tennis.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!