Etude de l’UBS: «travailler n’est pas une mauvaise chose»

Publié

Étude d’UBSÂge de la retraite: «travailler n’est pas une mauvaise chose»

La banque et un centre de recherche allemand s’intéressent aux scénarios pour l’avenir de l’AVS. Augmenter encore l’âge de départ lui semble être inévitable si l’on ne change pas de système de financement.

par
Yannick Weber
L’âge de la retraite, on n’a pas fini d’en entendre parler.

L’âge de la retraite, on n’a pas fini d’en entendre parler.

20min/Matthias Spicher

Pour perpétuer l’AVS, il faudrait que l’âge de référence pour le départ à la retraite passe à 68,2 ans d’ici à 2070. Ainsi, fini les déficits. Tel est le calcul d’économistes d’UBS et du Centre de recherche sur les contrats entre générations à Freiburg, en Allemagne. L’étude, publiée mardi, analyse des scénarios d’augmentation de l’âge de la retraite, en considérant qu’on ne toucherait pas au système de répartition actuel, où les salariés financent les rentes des retraités actuels.

Le travail, c’est la santé

Pour les auteurs, il est déjà clair que la récente réforme de l’AVS ne suffira pas. «C’est pourquoi il est judicieux d’aborder les réformes dès aujourd’hui», écrivent-ils. L’étude s’attend à deux choses: l’espérance de vie continuera de croître et, même quand la génération baby boom nous aura quittés, le vieillissement de la population se poursuivra.

«Le travail est souvent connoté négativement. Cependant, on oublie qu’il ne doit pas nécessairement nuire à la santé, surtout à une époque où de plus en plus de professions sont moins exigeantes physiquement par rapport aux normes historiques. Travailler n’est pas une mauvaise chose», est-il écrit.

Compter le nombre d’années à la retraite

L’âge de la retraite devrait augmenter, mais avec des adaptations. Par exemple, l’âge pourrait différer selon certains critères. Permettre un départ plus tôt à ceux qui commencent plus tôt et avec des salaires bas, mais leur promettre des rentes plus «attrayantes» s’ils vont au-delà de l’âge prévu, est mentionné.

Et pourquoi pas la vision danoise? «Il a été décidé qu’une personne devrait, en moyenne, passer un certain nombre d’années à la retraite. L’âge de la retraite est adapté sur la base de la durée de vie restante prévue d’une personne de 60 ans», note l’étude. Avec pour conséquence que la retraite devrait, à terme, passer à 70 ans pour les personnes nées après 1970.

L’âge de la retraite, à quel âge?

Trop matérialistes pour travailler moins

Les économistes s’écharpent sempiternellement sur les retraites. Mais s’il y en a un qui s’est trompé, selon UBS, c’est le célèbre John Maynard Keynes. Au début du XXe siècle, il prédisait que, de nos jours, on ne travaillerait plus que quinze heures par semaine. «Nous savons maintenant qu’il n’a pas eu raison», dit l’étude. Mais c’est parce qu’il n’avait pas tous les paramètres. Le Britannique pensait que «notre désir matériel» viendrait à saturation et que le travail deviendrait superflu. «Les développements des six décennies suivantes ont dépassé son imagination, car la faim ne fut pas satisfaite, mais attisée», lit-on.

Exclusion d’autres solutions

On pourrait aussi ne pas toucher à l’âge de la retraite, par exemple en augmentant la TVA. On pourrait augmenter les cotisations sur les salaires ou réduire les rentes. «Dans tous ces cas, soit la prospérité des jeunes et des travailleurs est réduite, soit la prospérité des retraités diminue – ou les deux», constate l’étude, qui poursuit: «La seule façon de maintenir le patrimoine de chacun est de travailler plus longtemps.»

Ton opinion

104 commentaires