Vernier (GE): Agents payés dans le vide
Actualisé

Vernier (GE)Agents payés dans le vide

Face à la mise à pied prolongée de deux policiers, la Ville a décidé de recruter de nouveaux fonctionnaires.

par
Mathieu Cupelin

D'un côté, la deuxième commune du canton a décidé mardi soir d'embaucher trois agents de police municipale (APM). De l'autre, un maréchal et un sous-brigadier, sous le coup d'une enquête administrative, sont suspendus de leurs fonctions depuis mai 2008. Et touchent toujours leur salaire. Les nouveaux venus viendront-ils remplacer ces derniers? «Non, il s'agit de nouveaux postes, les deux choses n'ont rien à voir», répond le magistrat Thierry Apotheloz, chargé de la sécurité. La commune entend donc se donner davantage de moyens pour combattre les incivilités.

Comment expliquer alors la lenteur des procédures engagées contre les agents, soupçonnés de propos sexistes ou racistes? Thierry Apotheloz met en avant les recours déposés par les deux APM. Avocat du maréchal, Bastien Geiger rejette la faute sur Vernier, qui aurait commis une série d'erreurs de procédure au départ. Résultat: l'enquête contre son client a démarré fin 2009 seulement. Des auditions sont prévues jusqu'en mai.

Pour le sous-brigadier, en revanche, l'affaire n'est pas encore instruite. Ses avocats, Romain Jordan et Robert Assaël, contestent la légitimité de l'enquêteur nommé par la commune. «Mon client n'a encore jamais été entendu», déplore Me Jordan. L'incompréhension règne parmi certains élus. «Si les reproches sont vraiment graves, l'affaire devrait être élucidée plus rapidement», affirme le MCG Stéphane Cornut.

Ton opinion