Incendie des Tattes (GE): Agents privés suspectés d'homicide par négligence

Actualisé

Incendie des Tattes (GE)Agents privés suspectés d'homicide par négligence

Trois hommes employés par une société de sécurité ont été mis en prévention dans le cadre de l'enquête sur le sinistre du foyer pour requérants d'asile.

par
jef
L'incendie de la nuit du 16 au 17 novembre 2014 avait fait un mort et quarante blessés.

L'incendie de la nuit du 16 au 17 novembre 2014 avait fait un mort et quarante blessés.

L'enquête sur l'incendie du foyer pour requérants d'asile des Tattes, à Vernier, progresse. Durant la nuit du 16 au 17 novembre 2014, un sinistre s'était déclaré dans ce bâtiment abritant 700 personnes. Bilan: un mort et quarante blessés. Le Ministère public avait très rapidement interpellé deux Algériens suspectés d'incendie intentionnel. Depuis, rapporte la «Tribune de Genève», trois agents de sécurité ont également été mis en prévention. Le Parquet les soupçonne d'homicide par négligence.

Un proche du dossier indique au quotidien genevois que «des portes auraient dû être fermées pour éviter de faire monter la fumée dans le foyer. Il y a donc un soupçon de mauvaise gestion, dans ce sens, des portes coupe-feu». Par ailleurs, à leur arrivée, les pompiers ne disposaient pas de toutes les facilités nécessaires: leur passe n'ouvrait pas certains accès.

Avocate d'une des victimes intoxiquées, Me Magali Buser se déclare choquée que les trois prévenus travaillent encore aux Tattes. Ces derniers, par la voix de leurs avocats, estiment «avoir agi au mieux de leurs devoirs en pareilles circonstances».

Ton opinion