Liban: Ahmadinejad loue la «résistance» face à Israël
Actualisé

LibanAhmadinejad loue la «résistance» face à Israël

Accueilli en héros à Beyrouth au premier jour de sa visite officielle controversée, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a loué mercredi la «résistance» du Liban face à Israël, son ennemi juré.

Le président iranien a, une fois de plus, fait parler de lui.

Le président iranien a, une fois de plus, fait parler de lui.

Si son séjour est critiqué par le camp pro-occidental au Liban, Mahmoud Ahmadinejad a été accueilli par des dizaines de milliers de personnes au total, notamment sur la route de l'aéroport, à l'appel du Hezbollah, un proche allié de Téhéran et mouvement politique et militaire le plus puissant au Liban.

Du toit ouvrant de sa voiture, il a salué la foule qui poussait des cris de joie et jetait du riz et des pétales de rose sur le convoi en criant «Khosh Amadid! (bienvenue en farsi), Allah Akbar (Dieu est grand en arabe)».

Suggestion lancée

Drapeaux aux couleurs de l'Iran, ballons et affiches du chef de l'Etat iranien étaient agités le long de la route aux côtés de portaits du guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, et du fondateur de la République islamique d'Iran, l'ayatollah Ruhollah Khomeini.

«Cet accueil populaire sera une gifle à tous ceux qui ont critiqué la visite, notamment les Etats-Unis et Israël, qui vivent dans un état de nervosité à cause de la venue de M. Ahmadinejad», a dit la chaîne du Hezbollah, Al-Manar.

Elle faisait référence à la préoccupation concernant cette visite exprimée par Washington et Israël qui s'affrontent avec l'Iran au sujet du développement controversé de ses capacités nucléaires et l'accusent d'armer le Hezbollah.

Critiques d'Hillary Clinton

Depuis Pristina, la cheffe de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, a affirmé pour sa part que son pays était contre les efforts de «déstabiliser» le Liban, en référence à la visite de Mahmoud Ahmadinejad. Et, en Israël, un député d'extrême droite, Arié Eldad, a préconisé d'éliminer le président iranien.

Plus tard, le porte-parole de la présidence américaine Robert Gibbs a affirmé que cette visite montrait que Mahmoud Ahmadinejad persistait dans son «comportement de provocation».

«La visite d'Ahmadinejad parachève la transformation du Liban en client de l'Iran», a déclaré de son côté à l'AFP un haut responsable gouvernemental israélien sous le couvert de l'anonymat.

Au palais présidentiel de Baabda près de Beyrouth, Mahmoud Ahmadinejad a affirmé que son pays soutenait «avec force la résistance du peuple libanais contre le régime sioniste», lors d'une conférence de presse avec son homologue libanais Michel Sleimane.

Plusieurs accords signés

«Nous avons tous les deux des intérêts et des ennemis communs», a- t-il affirmé, en référence à Israël que le Hezbollah a combattu en 2006 ainsi que dans le sud du Liban jusqu'au retrait des troupes israéliennes en 2000 après 22 ans d'occupation.

Le président conservateur, qui effectue sa première visite au Liban depuis son élection en 2005, a estimé que cette «résistance» avait changé «l'équilibre de force dans la région», l'Etat hébreu n'étant pas parvenu à neutraliser le Hezbollah en 2006.

Les deux présidents ont par ailleurs signé plus d'une dizaine d'accords portant sur l'énergie, le commerce, le tourisme et les technologies. Mahmoud Ahmadinejad a aussi rencontré le premier ministre soutenu par les Etats-Unis et l'Arabie saoudite, Saad Hariri, et le chef du Parlement Nabih Berri.

En soirée, il est apparu aux côtés du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah lors d'un important rassemblement populaire organisé par le parti chiite, considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis.

Accusation lancée récemment

Hassan Nasrallah a appuyé les déclarations du président iranien selon lesquelles Israël «doit disparaître», lors de son discours au stade al-Raya devant Mahmoud Ahmadinejad.

Jeudi, au second et dernier jour de sa visite, Mahmoud Ahmadinejad se rendra dans des villages du sud frontalier d'Israël, durement touchés en 2006 et reconstruits en grande partie grâce à l'aide iranienne.

La visite a créé la controverse au Liban en raison de l'important appui de Téhéran au Hezbollah, la majorité parlementaire dirigée par M. Hariri reprochant à Téhéran son «ingérence» et craignant que le pays ne devienne une «base iranienne» aux portes de l'Etat hébreu.

(ats)

Ton opinion