Aide aux médias: 54,6% de NON aux votations du 13 février
Actualisé

Votations du 13 févrierAide aux médias privés: malgré un oui romand, la Suisse dit non

Le camp du «non» l’a emporté, contre l’avis de la majorité des cantons romands. 

par
Yannick Weber

Quatre ans après avoir refusé de supprimer la redevance radio/TV (71,6% de non à l’initiative «No Billag» en mars 2018), le peuple suisse a cette fois refusé une rallonge octroyée aux médias payants privés. Le paquet d’aide a été refusé par 54,56% des voix. 

Romands et urbains ont dit oui

Une légère différence de sensibilité se dessine entre les cantons latins et les cantons alémaniques, mais aussi entre urbains et ruraux. La carte, côté suisse-allemand, est assez rouge, sauf à Uri, qui dit oui de justesse (50,5%) et à Bâle-Ville (55,3% de oui). Du côté romand, en revanche, Genève accepte le projet (56,8%), tout comme le canton de Vaud (57,1%). Le canton de Fribourg a dit oui à 57,4%. Même chose à Neuchâtel (63,1%) et dans le Jura (64,9%).

En Valais, la démarcation est aussi claire: les communes germanophones disent très majoritairement non, tandis que les francophones sont plutôt en faveur. Le résultat final pour le canton du Valais est un refus à 53,3%. À Berne, le rejet s’élève à 58%, même si les électeurs de la capitale ont dit oui à 64,3%.

Les plus forts refus se trouvent en Suisse centrale (Schwyz, 66,1%), et en Suisse orientale (Appenzell Rhodes Intérieures, 66,4% et Saint-Gall, 64,4%).

Ils reviendront dessus

Parmi les perdants du jour, l’heure est à la réflexion sur un nouveau projet, mais l’intention n’est en tout cas pas de baisser les bras. «Nous accompagnerons l'élaboration d'un nouveau projet de manière constructive et nous nous engagerons pour une mise en œuvre moderne de l'aide aux médias», ont ainsi déclaré les Vert’libéraux. 

Parmi les gagnants, on se réjouit bien entendu. «Le résultat est clair: le souverain veut un paysage médiatique diversifié et non pas un ensemble uniforme de gauche et pro-gouvernement. La décision du peuple est un vote clair en faveur d’un esprit et d’un discours critiques face à l’Etat et sa politique», écrit l’UDC, qui interprète le refus plus par une défiance vis-à-vis du gouvernement que par un rejet de principe de l’aide aux médias.

«Le refus de l’aide aux médias est une bonne nouvelle. Les électeurs Suisses estiment encore que l’Etat n’est pas la solution à tous les problèmes (au contraire ?)», a quant à lui renchéri sur Twitter le conseiller national Philippe Nantermod (PLR/VS).

Ton opinion

113 commentaires