Aide étrangère «assurée» pour l'Euro 2008
Actualisé

Aide étrangère «assurée» pour l'Euro 2008

Le chef de la sécurité de l'Euro 2008 réfute les critiques d'experts qui estiment que l'intervention de policiers étrangers repose sur des bases fébriles.

Cette aide est «assurée aux niveaux juridique et politique», répond Martin Jaggi.

Les 500 à 1000 policiers armés provenant de France et d'Allemagne sont «habilités à agir contre les hooligans, à les arrêter et à les livrer à la police locale», explique-t-il mardi dans un entretien accordé à la «Berner Zeitung». Ils seront dirigés par les forces de l'ordre helvétiques.

Les deux pays ont assuré la Suisse de leur soutien, rappelle Martin Jaggi. Et les doutes sur les «garanties» de cet aide peuvent être dissipés: «le faible nombre de policiers français» engagés «n'entraînera pas de déficit sécuritaire» dans le pays voisin. De plus, cet engagement se limite à trois matches à Genève et ne durera pas plus de 48 heures d'affilée, selon un accord signé entre les deux pays.

Avec l'Allemagne, un autre accord prévoit la possibilité d'un soutien mutuel des policiers des deux pays pour défendre la sécurité publique et l'ordre, ainsi que pour lutter contre les délits.

Le professeur st-gallois Rainer J. Schweizer et le chargé de cours bâlois Markus Mohler avaient souligné lundi dans la «NZZ» les «problèmes pratiques et juridiques» entraînés par l'aide étrangère. Pour eux, il est difficile de dire à quel point le droit en vigueur dans les pays concernés oblige les policiers à intervenir à l'étranger. (ats)

Ton opinion