Actualisé

Aide sociale: Genève renforce la traque aux fraudeurs

Alors que les villes de Berne et Zurich viennent de chiffrer les montants des abus dans l'aide sociale, Genève renforce ses contrôles.

Le canton vient d'introduire un nouveau type d'enquêtes aléatoires pour traquer les fraudeurs.

A Genève aussi, le nombre de plaintes pénales contre les bénéficiaires malhonnêtes croît fortement depuis quelques années. En 2006, 51 plaintes ont été déposées, contre 10 en 2002. Questionné sur la situation actuelle, Bertrand Levrat, directeur de l'Hospice général, en charge de l'aide sociale dans le canton, a fait part à l'ATS de 23 cas sur les sept premiers mois de 2007.

Ces plaintes concernent des personnes accusées d'escroquerie pour avoir gravement menti sur leurs ressources ou sur leur situation. Les personnes dénoncées font partie des 139 bénéficiaires soupçonnés d'abus qui ont fait l'objet d'une enquête poussée. Dans deux tiers des cas, une irrégularité plus ou moins grave a été constatée.

Infime minorité

La hausse du nombre de dénonciations pénales reflète davantage un renforcement des contrôles qu'une augmentation des abus, souligne Bertrand Levrat. Le directeur relève qu'une infime minorité abuse du système, puisque l'Hospice général comptabilise environ 10 200 dossiers d'assistance à ce jour.

Et l'étau devrait se resserrer encore un peu plus sur les fraudeurs. Depuis début juillet, l'Hospice a étoffé son équipe de contrôleurs, forte de 15 personnes.

Contrôles au hasard

Un nouveau collaborateur sera spécialement chargé d'enquêter sur des bénéficiaires choisis au hasard. Ce contrôle par coups de sonde s'ajoute aux enquêtes succintes destinées à vérifier la situation de tous les nouveaux demandeurs s'adressant à l'Hospice et aux enquêtes approfondies contre les personnes soupçonnées de fraude.

Lundi, la ville de Zurich a présenté ses chiffres concernant les abus dans l'aide sociale. Elle faisait état de 29 plaintes pénales entre janvier et juin. Au total, 207 cas d'abus lui auraient coûté 2,13 millions de francs. La ville de Berne a indiqué mardi avoir déposé plainte en 2006 contre 26 personnes lui ayant extorqué 210 000 francs au total.

A Genève, l'Hospice général peine à articuler le montant qui lui a été indûment soustrait. L'ensemble des personnes soupçonnées de fraude ont reçu 3,6 millions de francs. Mais celles qui n'ont pas menti gravement sur leur situation avaient droit à une partie plus ou moins importante des aides touchées.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!