Actualisé 12.10.2016 à 07:23

Hôtellerie

Airbnb devra bientôt passer à la caisse à Bâle

La plateforme de location et de réservation de logements de particuliers devra bientôt s'acquitter de la taxe de séjour.

de
cht/nxp
Airbnb sera-t-elle sujette à la taxe de séjour?

Airbnb sera-t-elle sujette à la taxe de séjour?

photo: Keystone

Airbnb n'est pas en odeur de sainteté à Bâle. En effet, la plateforme communautaire de location et de réservation de logements de particuliers s'est imposée rapidement dans l'hôtellerie locale puisqu'elle détient désormais 31% de l'offre en lits de la ville. Un chiffre qui suscite la colère des hôteliers traditionnels, d'autant qu'Airbnb est dispensé de faire payer la taxe de séjour à ses clients, contrairement aux hôtels.

Mais ce désavantage concurrentiel sera peut-être bientôt du passé. En effet, selon la Basler Zeitung mercredi, le Département de l'économie du canton s'apprête à modifier la loi sur la taxe de séjour, afin qu'Airbnb puisse aussi y être soumise. Une loi qui date de 1942, selon le quotidien, et qui n'a jamais été révisée.

Du coup, la plateforme de location entre privés pourrait devoir s'acquitter elle aussi de la taxe, qui se monte actuellement à 3,50 francs par nuit et par personne dans l'hôtellerie traditionnelle. Mais son montant pourrait grimper afin de financer des prestations supplémentaires, comme un ticket donnant accès à tout le réseau des transports publics, selon un responsable du Département de l'économie.

Modalités à définir encore

Aibnb sera-t-elle la seule à devoir s'acquitter de la nouvelle taxe ou ceux qui louent quelques fois dans l'année leur logement y seront-ils également soumis? La question n'est pas encore tranchée et les autorités planchent sur les modalités de l'application de la loi sur le terrain.

Elles vont sans doute examiner de près ce qu'il se fait dans le canton voisin de Bâle-Campagne. En effet, les autorités sont parvenues à trouver une solution en collaboration avec Airbnb elle-même. Depuis 2014, les hôtes de la plateforme doivent payer 3,50 francs de taxe de séjour et s'annoncer auprès de Bâle-Campagne Tourisme. Ceux qui ne le font pas s'exposent à une amende.

Mais la perception ou non d'une taxe de séjour ne modifie en rien la zone grise dans laquelle évolue Airbnb, relève Luzia Wigger-Stein, de l'inspectorat de la construction et de l'hôtellerie dans la BaZ. En effet, selon elle, le détournement des logements à des fins commerciales reste illégal, même si une taxe de séjour est perçue.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!