31.08.2020 à 04:07

GenèveAirBnB taxera mais ne livrera pas les noms des loueurs

L’État a conclu un accord avec la plateforme, qui taira les noms de ses
clients. Un élu s’en désole.

de
Jérôme Faas
Genève est le huitième canton à conclure un accord avec AirBnB.

Genève est le huitième canton à conclure un accord avec AirBnB.

Getty Images/iStockphoto

Dès mardi, la plateforme de location de logements AirBnB prélèvera automatiquement la taxe de séjour et la reversera au Canton. Celui-ci a signé le 1er juillet une convention en ce sens avec le géant californien. Mais l’issue laisse un goût amer au député d’Ensemble à Gauche Pierre Bayenet: le texte ne prévoit pas qu’AirBnB transmette les données de ses clients à l’État.


«On peut dire que c’est mieux que rien, mais vraiment pas beaucoup, estime l’élu. Deux gros problèmes restent irrésolus: la soustraction de logements à la population et l’imposition des revenus de loueurs» anonymes. Sur le premier aspect, une loi interdisant de louer un bien via AirBnB plus de 90 jours par an a été édictée par l’État. Mais il admet sa grande difficulté à la faire respecter (d’avril 2018 à mars 2019, trois dénonciations avaient été enregistrées, pour aucune sanction).

Essai infructueux

«Nous traquons toujours les loueurs en infraction, même si c’est compliqué et difficile de réunir les preuves faute de collaboration des plateformes de sous-location», explique ainsi le conseiller d’Etat Antonio Hodgers. Dans une réponse écrite à Pierre Bayenet datée du 26 août, le Conseil d’État indique par ailleurs avoir tenté, avec un prestataire informatique, d’analyser les plateformes pour débusquer les fraudeurs. En vain: les résultats manquaient de fiabilité.


Le député juge qu’il s’agit plus d’un manque de volonté que de moyens. «A mon avis, ils ont plus envie de trouver des accords que de réglementer. La solution, c’est qu’une loi oblige AirBnB à déclarer à l’État le nom du loueur.» Pas si simple, explique l’Exécutif: «AirBnB applique les dispositions européennes relatives à la protection des données.»

Paris inspire Genève

L’Etat songe à adopter le modèle parisien: forcer tout loueur passant par une plateforme d’hébergement, même un seul jour, à remplir une déclaration. «Cela permet de repérer les biens sous-loués et de mieux contrôler les abus, expose le conseiller d’Etat Antonio Hodgers. Le principal problème du contrôle est que si nous établissons la location, il est ardu de savoir si c’est la 91e nuit de l’année (ce qui est interdit) ou moins. Avec ce modèle, si une location est constatée et que le loueur ne s’est pas annoncé, il y a infraction. Même si c’est la seule location de l’année.»

Un demi-million espéré

La taxe de séjour que prélèvera AirBnB dès le 1er septembre s’élèvera à 3,75 francs par jour. Elle sera identique à celle imposée à l’ensemble des hébergeurs genevois (sauf les campings), ce qui introduira, se félicitait le Département du développement économique dans un communiqué daté du 14 août, une égalité de traitement entre tous les acteurs du secteur, traditionnels (les hôteliers) ou issus du numérique. Selon les estimations de l’Etat datant d’avant la pandémie, la taxe reversée par AirBnB pourrait représenter une rentrée de 500’000 francs par an, affectés au tourisme.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
98 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Zionneur

31.08.2020 à 08:00

Ce n'est vraiment pas facile de suivre la logique de la gauche (en fait si, si vous partez du principe que tout ce qu'ils réclament c'est la soumission à leurs idées, mais c'est pas le sujet). D'un côté, ils disent que les promoteurs sont juste avares... mais de l'autre côté, pas assez pour se faire de l'argent là où il y a de la demande. Il y a une claire demande pour des appartements meilleur marché, mais personne n'en construit. Après 30 ans de logique gauchiste sur l'immobilier, vous ne questionnez toujours pas s'ils ont en fait tort sur toute la ligne? AirBnB, ce n'est qu'une demande supplémentaire, elle ne soustrait pas. Le manque d'appartements vient de l'impossibilité de les rentabiliser. Le "droit au logement" c'est une imbécilité de plus de la gauche. Vous n'avez aucun droit à ce quelqu'un investisse son argent, que des ouvriers érigent un bâtiment selon vos désirs et à votre tarif. C'est l'offre et la demande. L'offre est basse parce que l'État casse les pieds à tt le monde.

HOTELVIDE

31.08.2020 à 07:43

ET si nos politiques obligerais plus tôt leurs copains a baisser le prix des hôtels et loyer peux être qu'il y aurait moins de air bnb. ET allez chercher plutôt ces 500. 000 fr chez car postal et autre actionnaire ou alors devenez actionnaire chez eux,plus facile et plus simple on seras pas choqué on commence a être habituer en suisse rien ne baisse dans les prix Ellectricité. CFF, Coop, Migros ,,poste, banques, etc etc

Senator

31.08.2020 à 07:14

En Suisse on soutient la fraude fiscale. Surtout quand ça profite aux plus riches (proprio d'appartements).