Guerre en Libye: Ajdabiya aux mains des rebelles

Actualisé

Guerre en LibyeAjdabiya aux mains des rebelles

Les positions défensives des pro-Kadhafi à la porte est d'Ajdabiya, visée vendredi par des bombardement aériens, étaient désertées samedi.

La ville stratégique d'Ajdabiya, dans l'est de la Libye, est tombée samedi matin aux mains des rebelles, selon des journalistes de l'AFP sur place.

La ville, désormais calme, résonnait du bruit des avertisseurs des voitures de rebelles, qui faisaient le V de la victoire. Des bombardements aériens avaient visé vendredi après-midi les positions des forces loyalistes dans cette ville côtière où étaient retranchés des soldats pro-Kadhafi.

Profitant de cet appui, les rebelles ont repris l'offensive et pénétré dans ce gros bourg stratégique à 160 km au sud de Benghazi, le fief de l'opposition.

Les pro-Kadhafi avaient repris Ajdabiya la semaine dernière au cours de leur offensive contre la rébellion qui tenait l'Est depuis un mois, avant d'attaquer Benghazi. Mais l'intervention militaire de la coalition internationale, lancée le 19 mars, a freiné leur avancée.

Armer l'opposition

Par ailleurs, les Etats-Unis et leurs alliés sont en train d'étudier la fourniture d'armes à l'opposition libyenne, a rapporté samedi le journal «Washington Post». L'administration du président Barack Obama estime que la résolution de l'ONU qui a autorisé l'intervention internationale contre la Libye est assez «souple» pour permettre une telle aide en matériel, ajoute le journal qui cite des responsables américains et européens non identifiés.

Gene Cretz, ambassadeur américain à Tripoli qui est récemment rentré dans son pays, a indiqué que les responsables de l'administration étaient en train d'avoir des discussions sur toutes les options concernant «une aide potentielle que nous pourrions offrir en armes léthales et non léthales». Mais aucune décision n'a été prise, ajoute le quotidien.

La France, pour sa part, s'est prononcée pour entraîner et armer les insurgés, selon le «Washington Post». L'Egypte, de son côté, fournirait des armes aux rebelles libyens pour combattre les forces du colonel Mouammar Kadhafi malgré l'embargo sur les armes décrété le 26 février par les Nations unies, avait affirmé vendredi le «Wall Street Journal».

(ats)

«La mission en Libye est claire, ciblée et en train de réussir»

Le président américain Barack Obama a déclaré samedi que la mission internationale en Libye était claire, ciblée et en train de réussir, et avait évité à d'innombrables innocents le «bain de sang» dont menaçait le leader libyen Mouammar Khadafi.

Ton opinion