Hockey LNB: Ajoie s'évite un 7e match de tous les dangers

Actualisé

Hockey LNBAjoie s'évite un 7e match de tous les dangers

Il n'y a plus d'équipe valaisanne en lice en LNB. Après Viège dimanche, c'est Red Ice qui a fini par mordre la poussière, hier.

par
Adrien Schnarrenberger
Martigny

Mais que ce fut dur pour les Jurassiens! A l'image de la série, les hommes de Tlacil ont souffert mille maux avant de pouvoir fêter la qualification (2-3 ap). Hier, les Ajoulots ont spéculé 40 minutes durant sur l'avantage de deux buts acquis dès la fin du 1er tiers. Ils auraient pu le payer cher. Mû par son instinct de survie, Red Ice a arraché une prolongation à 30'' de la fin. Heureusement pour le champion de la saison régulière, Desmarais a mis un terme au suspense après 61'' supplémentaires.

Une « finale » vendredi dans le Jura aurait mis en grand danger les Ajoulots. Hormis lors du 3e acte, l'équipe évoluant à domicile s'est toujours inclinée dans ce quart de fi­nale beaucoup plus équilibré que prévu. Malgré les prou­es­ses de leurs locomotives Desmarais et Barras et le talent du jeune Mottet, les Jurassiens ont été bien loin de justifier les 36 points qui les séparaient de Red Ice (8e) à l'issue des tours qualificatifs. En dépit de cette élimination frustrante, les Octoduriens peuvent être fiers de leur première saison en LNB.

En plus d'une participation aux play-off, les hommes de Malgin auraient pu légitimement prétendre à prendre part aux demi-finales. Ils n'ont pas besoin d'aller chercher loin la raison de leur sortie: si l'on ajoute les deux rencontres ­perdues en saison régulière au Forum de Martigny, Ajoie aura été comme chez lui en Valais.

Stéphane Roy: «On n'a rien lâché, ça fait quatre ans qu'on attendait cette demi-finale. Ce n'était pas facile d'encaisser l'égalisation, surtout que je la prends pour moi. Je dois gagner cet engagement à trente secondes de la sirène. Le prochain adversaire ? Je m'en fous. Toutes les équipes qui restent sont de qualité». James Desmarais: «Comme tout au long de la série, c'était très dur. Martigny est une belle équipe qui a chèrement vendu sa peau. Nous avons heureusement vite relevé la tête après ce but. On connaît l'histoire récente du HCA et la malédiction du sixième acte. Ça fait plaisir d'avoir pu la vaincre».

Stéphane Roy: «On n'a rien lâché, ça fait quatre ans qu'on attendait cette demi-finale. Ce n'était pas facile d'encaisser l'égalisation, surtout que je la prends pour moi. Je dois gagner cet engagement à trente secondes de la sirène. Le prochain adversaire ? Je m'en fous. Toutes les équipes qui restent sont de qualité». James Desmarais: «Comme tout au long de la série, c'était très dur. Martigny est une belle équipe qui a chèrement vendu sa peau. Nous avons heureusement vite relevé la tête après ce but. On connaît l'histoire récente du HCA et la malédiction du sixième acte. Ça fait plaisir d'avoir pu la vaincre».

Stéphane Roy: «On n'a rien lâché, ça fait quatre ans qu'on attendait cette demi-finale. Ce n'était pas facile d'encaisser l'égalisation, surtout que je la prends pour moi. Je dois gagner cet engagement à trente secondes de la sirène. Le prochain adversaire ? Je m'en fous. Toutes les équipes qui restent sont de qualité». James Desmarais: «Comme tout au long de la série, c'était très dur. Martigny est une belle équipe qui a chèrement vendu sa peau. Nous avons heureusement vite relevé la tête après ce but. On connaît l'histoire récente du HCA et la malédiction du sixième acte. Ça fait plaisir d'avoir pu la vaincre».

Stéphane Roy: «On n'a rien lâché, ça fait quatre ans qu'on attendait cette demi-finale. Ce n'était pas facile d'encaisser l'égalisation, surtout que je la prends pour moi. Je dois gagner cet engagement à trente secondes de la sirène. Le prochain adversaire ? Je m'en fous. Toutes les équipes qui restent sont de qualité». James Desmarais: «Comme tout au long de la série, c'était très dur. Martigny est une belle équipe qui a chèrement vendu sa peau. Nous avons heureusement vite relevé la tête après ce but. On connaît l'histoire récente du HCA et la malédiction du sixième acte. Ça fait plaisir d'avoir pu la vaincre».

Stéphane Roy: «On n'a rien lâché, ça fait quatre ans qu'on attendait cette demi-finale. Ce n'était pas facile d'encaisser l'égalisation, surtout que je la prends pour moi. Je dois gagner cet engagement à trente secondes de la sirène. Le prochain adversaire ? Je m'en fous. Toutes les équipes qui restent sont de qualité». James Desmarais: «Comme tout au long de la série, c'était très dur. Martigny est une belle équipe qui a chèrement vendu sa peau. Nous avons heureusement vite relevé la tête après ce but. On connaît l'histoire récente du HCA et la malédiction du sixième acte. Ça fait plaisir d'avoir pu la vaincre».

Ton opinion