Vol Amsterdam-Detroit: Al-Qaïda revendique l'attentat manqué
Actualisé

Vol Amsterdam-DetroitAl-Qaïda revendique l'attentat manqué

Le président Barack Obama a promis lundi de chercher sans relâche les responsables de la tentative d'attentat contre un avion de ligne américain et de les faire répondre de leurs actes.

«Nous ne baisserons pas les bras tant que nous n'aurons pas trouvé tous ceux qui sont impliqués pour les faire répondre de leurs actes», a déclaré M. Obama dans sa première déclaration à propos de la tentative d'un jeune Nigérian de faire sauter un appareil de la compagnie Northwest avec 290 personnes à bord, le jour de Noël.

S'exprimant depuis le village de Kaneohe, sur l'île d'Hawaii où il passe ses vacances, M. Obama a en outre indiqué que les Etats- Unis continueraient à traquer les «extrémistes violents qui nous menacent», où qu'ils se trouvent. Il n'a toutefois pas nommément mentionné Al-Qaïda.

«Nous n'avons pas encore toutes les réponses sur cette dernière tentative en date, mais ceux qui voudraient massacrer des hommes, des femmes et des enfants innocents doivent savoir que les Etats- Unis vont faire davantage que de renforcer leurs défenses», a-t-il prévenu.

«Nous allons continuer à utiliser tous les éléments en notre pouvoir pour intercepter, détruire et vaincre les extrémistes violents qui nous menacent, qu'ils soient d'Afghanistan, du Pakistan, du Yémen ou de Somalie, ou de partout où ils préparent des attaques contre le sol américain», a assuré M. Obama.

Revendication d'Al-Qaïda

Al-Qaïda dans la péninsule arabique a revendiqué la tentative d'attentat, dans un communiqué publié sur internet et cité par le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE. Il affirme avoir voulu venger des attaques du groupe par les Etats-Unis au Yémen.

Le groupe islamiste dit avoir fourni au jeune Nigérian interpellé dans l'avion un «engin techniquement perfectionné» mais que cet engin n'a pas explosé en raison d'un problème technique.

Le suspect, Umar Farouk Abdulmutallab, a tenté de faire exploser le vol 253 de la Northwest Airlines au moment où il était en phase d'approche de l'aéroport de Detroit avec 300 personnes à son bord, le jour de Noël. Il était en possession de penthrite, un explosif très puissant. Des passagers et des membres d'équipage ont réussi à le maîtriser après qu'il eut allumé les explosifs.

Le suspect était pourtant inscrit depuis novembre sur une liste des services de renseignements américains recensant les individus susceptibles d'entretenir des liens avec le terrorisme international. Son nom ne figurait toutefois pas sur celle des individus indésirables sur le territoire américain (»no-fly list»).

«Nous avons failli lamentablement»

Dans ce contexte, la secrétaire américaine à la sécurité intérieure Janet Napolitano a reconnu que le système de contrôle aéroportuaire a «failli lamentablement».

«C'est la raison pour laquelle nous nous demandons comment cet individu a réussi à embarquer dans l'avion: pourquoi les explosifs n'ont-ils pas été détectés? Que devons-nous modifier» dans la liste des procédures lors des contrôles de sécurité, a-t-elle déclaré sur la chaîne NBC.

Sur CNN, Mme Napolitano a affirmé vouloir savoir comment le terroriste présumé a pu prendre l'avion avec un visa américain alors que son père avait alerté les autorités américaines sur la radicalisation de son fils. Cette question «fera partie du processus» de révision des mesures censées éviter qu'un passager dangereux puisse embarquer pour les Etats-Unis, a-t-elle dit.

Un complice?

Autre question à clarifier: celle de l'existence d'un éventuel complice. Un couple d'Américains ayant voyagé sur le vol 253 a dit avoir vu un homme d'une cinquantaine d'années discuter avec le suspect vendredi à l'aéroport Schiphol d'Amsterdam. Mais «à ce stade», la police néerlandaise n'a «aucune information sur la présence d'un autre gars», a déclaré son porte-parole.

Le jeune Nigérian aurait par ailleurs dû comparaître lundi devant une cour fédérale américaine, mais cette audition a été annulée. «Aucune raison ne m'a été fournie pour l'expliquer», a déclaré une porte-parole du parquet de Detroit, où le suspect est incarcéré. (ats)

Au moins un ex-détenu de Guantanamo parmi les chefs d'Al-Qaïda au Yémen

L'un des dirigeants de la branche d'Al-Qaïda au Yémen, où aurait été entraîné l'auteur de la tentative d'attentat sur le vol Amsterdam-Detroit, est un ancien détenu de la prison américaine de Guantanamo, selon une liste publiée en mai dernier par le Pentagone. Ce document recense 27 «cas avérés» de «retour à des activités terroristes» parmi les plus de 500 ex-détenus libérés de Guantanamo, dont celui de Saïd Ali al-Shihri, transféré en Arabie Saoudite en 2007 et soupçonné d'avoir été depuis impliqué dans l'attentat contre l'ambassade américaine en 2008 à Sanaa.

Selon la chaîne de télévision américaine ABC, un autre dirigeant d'Al-Qaïda au Yémen, Muhammad Attik al-Harbi, figure également parmi les ex-détenus de Guantanamo.

Le Nigérian de 23 ans qui a tenté vendredi de faire exploser un avion de ligne américain, Umar Farouk Abdulmutallab, aurait affirmé au FBI avoir bénéficié d'un entraînement au Yémen dans le réseau d'Oussama ben Laden, selon des enquêteurs cités par les médias.

Dans un communiqué publié lundi sur des sites islamistes, Al-Qaïda a revendiqué l'attentat manqué en affirmant que le jeune homme était «passé à travers toutes les barrières de sécurité pour son opération, brisant le grand mythe du renseignement américain».

Al-Qaïda, qui a revendiqué les attentats du 11 septembre 2001, a renforcé sa présence au Yémen depuis plusieurs années, profitant de l'instabilité d'un pays où le gouvernement central doit faire face à une rébellion dans le nord et des revendications séparatistes dans le sud.

(afp)

Ton opinion