Actualisé 26.11.2014 à 20:28

France

Al-Sissi rencontre Hollande à l'Elysée

Le président égyptien a entamé mercredi une visite d'Etat en France dominée par les grandes crises au Moyen-Orient: conflit israélo-palestinien, chaos libyen et lutte antiterroriste.

M. Sissi s'est entretenu mercredi avec le président français François Hollande à l'Élysée.

M. Sissi s'est entretenu mercredi avec le président français François Hollande à l'Élysée.

Après une visite en Italie en début de semaine, M. Sissi, qui effectue son premier déplacement européen depuis sa prise de pouvoir en juillet 2013 et son élection en mai dernier, s'est entretenu mercredi avec le président français François Hollande à l'Élysée.

A l'issue de la rencontre, M. Hollande a appelé l'Égypte à poursuivre son «processus de transition démocratique» et a prôné une relation «claire» entre Paris et Le Caire.

Le président égyptien a renversé en juillet 2013 l'islamiste Mohamed Morsi. Il a lancé depuis sa prise de pouvoir une implacable répression contre les Frères musulmans et les partisans de M. Morsi, tout en muselant l'opposition libérale. Plus de 1400 personnes ont été tuées et 15'000 emprisonnées, dont des centaines condamnées à mort au terme de procès de masse. Près de 80 mineurs ont encore été condamnés à des peines de prison ce mercredi.

Malgré ce lourd bilan, il est redevenu, compte tenu du contexte régional chaotique, un partenaire stratégique incontournable pour les Occidentaux.

Projet de loi antiterroriste

«L'Egypte est un pays frappé par le terrorisme et confrontée à des mouvements terroristes dans des pays voisins», a déclaré M. Hollande. «Nous devons agir ensemble», a ajouté le président français.

Le même jour, le gouvernement égyptien a d'ailleurs adopté un projet de loi antiterroriste qui, une fois en vigueur, lui permettra d'interdire toute organisation soupçonnée de porter atteinte à l'unité nationale ou à l'ordre publique. Il dresse une longue liste des infractions relevant du «terrorisme», qu'il propose d'inscrire dans le Code pénal.

Le texte doit être soumis à un conseil judiciaire consultatif avant d'être promulgué par le président Abdel Fattah al Sissi. Ce alors que les Frères musulmans et l'opposition laïque sont la cible d'une vaste répression de la part du pouvoir.

Syrie et Libye en discussion

Abdel-Fattah al-Sissi et François Hollande ont par ailleurs insisté sur la nécessité de «parvenir à une solution politique» en Syrie même si, a précisé M. Hollande, «nous avons d'abord à lutter contre le terrorisme» de l'État islamique.

Autre dossier régional en tête des inquiétudes des deux pays, la Libye. «Nous devons tout faire pour que l'Etat de droit soit rétabli et éviter que s'installe dans le sud un terrorisme qui menace l'ensemble de la région», a déclaré M. Hollande, tandis que son homologue égyptien appelait à «soutenir les institutions, les autorités et l'armée nationale» libyennes.

«Rien à craindre»

Les sujets économiques ont constitué un autre grand volet des discussions. Le Caire veut organiser au premier trimestre 2015 une conférence économique internationale pour relancer son économie exsangue. Les deux pays ont signé mercredi des accords de plusieurs millions d'euros pour le métro du Caire et avec l'Aide Française au Développement (AFD). (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!