Semaine de la vaccination – Alain Berset: «Ca devient vraiment difficile»
Publié

Semaine de la vaccinationAlain Berset: «Ça devient vraiment difficile»

Tous les conseillers fédéraux ont appelé lundi à la solidarité à l’occasion du lancement de l’offensive vaccinale de cette semaine, alors que la pandémie évolue vers des horizons incertains.

«On espère vraiment que c’est le sprint final. Cela fait maintenant 20 mois que la pandémie nous occupe, ça devient vraiment difficile.» Alain Berset a pris la parole lundi matin, avec ses collègues du Conseil fédéral, pour lancer la «Semaine nationale de la vaccination», où les autorités espèrent amener le plus de monde possible vers leur dose. Les discours évitent soigneusement tout ton autoritaire et toute morale. «Si vous n’avez pas encore fait ce pas, réfléchissez», suggère Alain Berset.

Pas en reste, le président de la Confédération Guy Parmelin a lui évoqué sur Twitter les jeunes via la vaccination de ses neveux et nièces pour sensibiliser les Suisses:

La ministre des Transports Simonetta Sommaruga s’est elle aussi fendue d’un message à l’intention des Suisses non vaccinés. «Il n’est jamais trop tard», souligne-t-elle sur Twitter. «Ensemble, nous pouvons maîtriser cette pandémie.»

De son côté, le chef du DFAE Ignazio Cassis a lui aussi posté un message sur les réseaux sociaux: «Aujourd’hui nous avons les moyens de nous protéger du virus», insiste-t-il en italien en rappelant que trop de gens meurent encore à l’hôpital du Covid. Même la ministre de la Justice Karin Keller-Sutter, s’y est mise: «Nous souhaitons tous un retour à la normalité, indique-t-elle. Seul le vaccin nous le permet.»

La ministre des Sports Viola Amherd est elle aussi apparue sur Twitter. «Grâce à la vaccination, nous pouvons de nouveau serrer les pouces pour nos athlètes en direct. Aidez-nous à mettre un terme à cette pandémie», indique-t-elle.

Même Ueli Maurer, qui s’est fait remarquer pour sa proximité avec des groupes critiques des mesures sanitaires, a cherché à influer sur ses propres rangs qui rejettent pour l’instant le vaccin tout en les caressant dans le sens du poil: «Si vous n’êtes pas encore vaccinés, c’est très certainement pour de bonnes raisons personnelles, et je les respecte. Mais peut-être pouvez-vous reconsidérer votre décision, car le vaccin vous protège vous, votre famille et vos proches», dit le Zurichois.

Guy Parmelin doit lancer ce lundi après-midi la tournée de concerts «Back on tour», qui affiche déjà complet, et qui débutera à Thoune, avant notamment Lausanne mardi et Sion mercredi. Dans les cantons, diverses actions sont organisées pour aller au contact de la population. À la gare de Zurich, un «village de la vaccination» a été ouvert ce lundi matin.

À noter que la Confédération n’a fixé aucun objectif chiffré, pour éviter de devoir avouer un possible échec, disent certains critiques. «Chaque vaccination supplémentaire est un succès», disait Alain Berset en conférence de presse la semaine dernière.

L’Allemagne attire les regards

La campagne démarre alors que le contexte épidémiologique peut avoir des conséquences à double tranchant: en Europe, les contaminations repartent à la hausse de façon parfois spectaculaire. En Allemagne, où le taux de vaccination est assez similaire à celui de la Suisse, le taux d’incidence a atteint un niveau encore jamais observé depuis le début de la pandémie.

En Autriche, le gouvernement a instauré la règle des «vaccinés ou guéris» sur l’entier du territoire: les restaurants, coiffeurs, marchés de Noël, musées ou encore les très populaires «après-ski» sont désormais interdits aux non-vaccinés, même testés négatifs, et le resteront jusqu’à début janvier au minimum.

1 / 2
Les contaminations atteignent des niveaux record… (1/2)

Les contaminations atteignent des niveaux record… (1/2)

Mais le nombre de décès est loin de décoller dans les mêmes proportions par rapport à l’an dernier (2/2)

Mais le nombre de décès est loin de décoller dans les mêmes proportions par rapport à l’an dernier (2/2)

L’évolution négative pourrait convaincre les sceptiques de la vaccination de sauter le pas: en Allemagne, le taux d’incidence (infections) a dépassé le pic de la fin 2020 au plus fort de la deuxième vague. Or le nombre de décès, lui, reste huit fois inférieur qu’à cette époque. Les optimistes diront que c’est la preuve que la vaccination fonctionne. Les pessimistes diront que les taux record de contaminations sont la preuve qu’elle ne sert à rien.

(ywe/cht)

Ton opinion

532 commentaires