26.10.2020 à 15:01

PandémieAlain Berset: «Nous devons réussir à faire mieux qu’en mars»

Le conseiller fédéral chargé de la Santé s’est rendu dans le canton de Vaud ce lundi, où il a visité le CHUV ainsi qu’un centre de traçage.

von
NXP/ATS

Alain Berset a appelé lundi à une remobilisation générale face au coronavirus. En visite à Lausanne, au CHUV et au centre de traçage vaudois, il a souligné «le besoin d’une réaction forte» alors que le Conseil fédéral annoncera mercredi de nouvelles mesures.

Le ministre de la Santé n’a pas dévoilé la teneur de ces prochaines directives, indiquant toutefois qu’elles seraient «complémentaires» à celles déjà prises ces derniers jours dans les cantons. Il en a profité pour défendre le système fédéraliste, qui permet «de tenir compte des situations concrètes» sur le terrain.

Le conseiller fédéral a toutefois reconnu qu’il était urgent d’édicter «un fond de mesures valables pour tout le pays» au vu d’une situation jugée «critique». Il a rappelé qu’en moins d’un mois la Suisse était passée d’un État relativement épargné à «l’un des endroits les moins enviables sur le continent européen» en matière d’infections au Covid-19.

1 / 3
Un écran indique la visite du conseiller fédéral Alain Berset aux Hôpitaux universitaires de Lausanne.

Un écran indique la visite du conseiller fédéral Alain Berset aux Hôpitaux universitaires de Lausanne.

KEYSTONE
La journaliste de la SRF Felicie Notter pose une question au conseiller fédéral Alain Berset lors de la conférence de presse sur la situation actuelle concernant le coronavirus, au Centre Hospitalier Universitaire Vaudois de Lausanne.

La journaliste de la SRF Felicie Notter pose une question au conseiller fédéral Alain Berset lors de la conférence de presse sur la situation actuelle concernant le coronavirus, au Centre Hospitalier Universitaire Vaudois de Lausanne.

KEYSTONE
Le conseiller fédéral Alain Berset est intervenu aux côtés de Rebecca Ruiz, conseillère d'Etat du canton de Vaud..

Le conseiller fédéral Alain Berset est intervenu aux côtés de Rebecca Ruiz, conseillère d'Etat du canton de Vaud..

KEYSTONE

«La situation est grave et elle empire chaque jour. Il faut une réaction forte», a déclaré le ministre chargé de l’Intérieur lors d’un point de presse à l’issue de sa visite en terres vaudoises, au CHUV et dans un centre de traçage.

Les mesures qui seront annoncées mercredi seront différentes de celles prises pour lutter contre la première vague. «Nous devons réussir à faire mieux qu’en mars, quand nous avions dû fermer des pans entiers de l’activité», a affirmé Alain Berset. Il a indiqué que les nouvelles directives devraient éviter «des fermetures brutales dans l’économie», comme ce fut le cas le printemps dernier.

Pas d’alternative

Le Fribourgeois a rappelé que les cas d’infection flambaient avant tout dans le cadre privé. «C’est le moment de ressortir les gels hydroalcooliques, de faire attention aux distances, de renoncer aux fêtes privées, de porter un masque quand il est nécessaire», a-t-il martelé, appelant la population à se ressaisir immédiatement.

Le conseiller fédéral a aussi lancé un appel aux entreprises pour qu’elles recourent au maximum au télétravail, «un élément très important» dans la lutte contre la propagation du virus. «C’est en limitant le nombre de contacts que nous parviendrons à résister. Il n’y a pas d’alternative», a-t-il prévenu.

Accompagné notamment par la conseillère d’État vaudoise Rebecca Ruiz, Alain Berset a visité à Lausanne le centre de traçage du canton de Vaud. Il a loué le travail d’équipes soumises «à une forte pression» et dont l’activité reste «essentielle».

Également de passage au CHUV, le conseiller fédéral s’est dit «impressionné» par le dispositif mis en place pour lutter contre le Covid-19 et l’engagement du personnel. Des soignants pour lesquels il a dit avoir «beaucoup de compréhension» alors que des actions de protestation sont prévues cette semaine dans toute la Suisse pour dénoncer les conditions de travail face au coronavirus.

Peine à recruter

Également présente face à la presse, Rebecca Ruiz a rappelé que le CHUV réduisait dès lundi de 30% son activité élective non urgente afin d’absorber les cas Covid.

Malgré ça, la conseillère d’État a reconnu que le centre hospitalier universitaire, tout comme les autres hôpitaux du canton, avait actuellement «de grandes difficultés» à recruter du personnel. Elle a ainsi relevé que des étudiants en fin de formation pourraient être appelés en renfort, comme cela avait été le cas pour la première vague.

À noter aussi que le CHUV est désormais à pied d’œuvre pour assurer une coordination entre les hôpitaux romands. «Cela permet d’avoir, deux fois par jour, une vision globale de la situation du territoire romand et d’éventuellement planifier des transferts de patients», a expliqué Mme Ruiz.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!