Coronavirus - Alain Berset placé sous haute surveillance pour un débat télévisé
Publié

CoronavirusAlain Berset placé sous haute surveillance pour un débat télévisé

Des policiers d’élite zurichois ont été chargés de protéger le ministre de la Santé vendredi pour un débat à la télévision SRF sur le Covid. Ils redoutent une attaque contre le Fribourgeois.

Alain Berset doit répondre vendredi aux questions d’une douzaine d’invités autour du Covid et de la vaccination. L’ambiance risque d’être tendue.

Alain Berset doit répondre vendredi aux questions d’une douzaine d’invités autour du Covid et de la vaccination. L’ambiance risque d’être tendue.

AFP

L’ambiance promet d’être chaude vendredi pour l’émission de débat politique Arena à la télévision alémanique SRF. En effet, le ministre de la Santé, Alain Berset, doit venir y défendre la position du Conseil fédéral dans sa lutte contre la pandémie de Covid et inciter la population à se faire vacciner. Le climat s’annonce si tendu que le Fribourgeois sera protégé pendant sa venue par une unité d’élite, révèle jeudi le Blick.

En effet, la police municipale de Zurich a décidé d’envoyer des policiers de l’unité spéciale Scorpion pour entourer Alain Berset. Ces agents sont normalement déployés notamment lors de prises d’otage et de grosses opérations. Il faut dire que les autorités redoutent que les Corona-sceptiques s’en prennent au conseiller fédéral comme ils s’en sont pris samedi dernier à la conseillère d’État zurichoise Nathalie Rickli. Celle-ci avait été aspergée de jus de pomme au moment de l’inauguration d’un bus de vaccination lors de laquelle une vingtaine d’opposants à la vaccination étaient présents.

Guy Parmelin en juin

Ce n’est pas la première fois qu’un conseiller fédéral est placé sous la protection des forces spéciales. En juin, Guy Parmelin avait également été encadré de cette manière pour un débat, très chaud lui aussi, à Arena, dans le cadre de la votation fédérale contre les pesticides. Mais vendredi, la situation s’annonce encore plus tendue dans le contexte actuel des mesures envisagées mercredi par le Conseil fédéral pour lutter contre la pandémie. D’autant que quelque 200 personnes intéressées se sont inscrites pour assister au débat.

Interrogée par le Blick, la police fédérale (FedPol) a confirmé au journal que les menaces à l’encontre des personnes exposées, à l’image d’Alain Berset, avaient augmenté de manière significative avec la pandémie.

(cht)

Ton opinion

421 commentaires