Primes maladie 2013: Alain Berset veut un système plus transparent

Actualisé

Primes maladie 2013Alain Berset veut un système plus transparent

«Je tiens à ce que le système soit plus compréhensible et plus transparent qu'aujourd'hui», a insisté le ministre de la Santé en présentant les primes maladie 2013 jeudi devant la presse.

«Des travaux sont en cours, mais cela prend évidemment du temps.» Le conseiller fédéral a rappelé qu'il existe actuellement, avec tous les modèles disponibles, plus de 287'000 primes. «Certaines n'ont pas un seul assuré, ce qui montre qu'il y a un problème», a-t-il dit. Cette situation entraîne, à ses yeux, des procédures bureaucratiques inutiles.

Dans la procédure d'approbation des primes par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), il y a eu parfois d'intenses discussions avec les assureurs, a relevé Alain Berset. Mais aucune prime n'a été adoptée de manière limitée, comme cela a parfois été le cas par le passé en raison de la situation de certaines caisses. Toutes les primes sont cette fois-ci approuvées pour une année.

Les cantons ont été davantage impliqués dans la procédure d'approbation. Une rencontre est prévue fin octobre avec eux pour en tirer un bilan commun et voir ce que l'on peut améliorer, a précisé le conseiller fédéral.

Signe positif pour les familles

Le ministre de la Santé s'est réjoui de la baisse des primes pour les enfants: «C'est un signal positif pour les familles.» Quant à la hausse dans les coûts de l'ambulatoire, plus forte que celle dans les soins stationnaires, elle s'explique par les progrès techniques. «C'est un plus pour les patients, mais c'est moins réjouissant pour les payeurs de primes», a commenté M. Berset.

Car les soins ambulatoires sont entièrement financés par les primes, alors que les cantons participent aussi aux frais des soins stationnaires. Raison pour laquelle le Conseil fédéral est favorable à une gestion du nombre de nouveaux cabinets médicaux.

Alain Berset a conclu en résumant l'objectif de sa politique sanitaire à moyen terme: optimiser encore la qualité des soins et garantir l'accès aux soins pour tous. Là aussi, des travaux sont en cours dans le cadre de la stratégie sanitaire.

(ats)

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Santésuisse salue l'annonce de la hausse «relativement modérée» des primes mais reste prudent. La faîtière des caisses maladie souligne que ces primes ne sont que des pronostics et que l'évaluation des coûts de la santé pour 2013 est «particulièrement difficiles». «Le nouveau financement hospitalier, entré en vigueur en janvier, complique ces pronostics», note Anne Durrer, porte-parole de santésuisse contactée par l'ats. «A peu près la moitié des tarifs hospitaliers sont encore provisoires». La levée en janvier dernier du moratoire sur les cabinets médicaux aura un impact encore difficile à chiffre. «Depuis, nous estimons que 1400 nouveaux médecins se sont installés ou vont le faire ces prochains mois. Et ce seront pour la plupart des nouveaux cabinets. Et lorsqu'on sait qu'un cabinet génère en moyenne entre 300'000 et 500'000 francs de coûts pour les assurés.» Pour santésuisse, Les coûts des médicaments sont encore trop élevés. «Il y a une marge de manoeuve», estime Mme Durrer. Au début du mois, la faîtière s'est déclarée favorable à une amélioration de la compensation des risques entre les caisses maladie. Le conseil d'administration de santésuisse a décidé de collaborer aux efforts du Conseil fédéral dans ce dossier. La compensation des risques était l'un des points peu contestés du projet managed care balayé en votation populaire le 17 juin dernier. L'idée est de faire cesser la chasse aux bons risques.

Les primes d'assurance maladie 2013 ont été publiées prématurément lundi sur le site Internet de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) en raison d'une erreur technique. Le ministre de la santé Alain Berset a confirmé jeudi ce couac devant les médias à Berne. Cette panne est liée à un problème de serveur survenu dans le cadre des travaux d'amélioration du comparateur de primes en ligne priminfo.ch du Département fédéral de l'intérieur. «Nous avons retiré les données très rapidement, dès que l'erreur a été constatée», a expliqué Alain Berset. «Les données se sont trouvées sur Internet entre lundi après-midi et mercredi matin, soit durant environ 36 à 40 heures», a précisé à l'ats Nicole Lamon, porte-parole du conseiller fédéral.

Les primes d'assurance maladie 2013 ont été publiées prématurément lundi sur le site Internet de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) en raison d'une erreur technique. Le ministre de la santé Alain Berset a confirmé jeudi ce couac devant les médias à Berne. Cette panne est liée à un problème de serveur survenu dans le cadre des travaux d'amélioration du comparateur de primes en ligne priminfo.ch du Département fédéral de l'intérieur. «Nous avons retiré les données très rapidement, dès que l'erreur a été constatée», a expliqué Alain Berset. «Les données se sont trouvées sur Internet entre lundi après-midi et mercredi matin, soit durant environ 36 à 40 heures», a précisé à l'ats Nicole Lamon, porte-parole du conseiller fédéral.

Les primes d'assurance maladie 2013 ont été publiées prématurément lundi sur le site Internet de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) en raison d'une erreur technique. Le ministre de la santé Alain Berset a confirmé jeudi ce couac devant les médias à Berne. Cette panne est liée à un problème de serveur survenu dans le cadre des travaux d'amélioration du comparateur de primes en ligne priminfo.ch du Département fédéral de l'intérieur. «Nous avons retiré les données très rapidement, dès que l'erreur a été constatée», a expliqué Alain Berset. «Les données se sont trouvées sur Internet entre lundi après-midi et mercredi matin, soit durant environ 36 à 40 heures», a précisé à l'ats Nicole Lamon, porte-parole du conseiller fédéral.

Les primes d'assurance maladie 2013 ont été publiées prématurément lundi sur le site Internet de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) en raison d'une erreur technique. Le ministre de la santé Alain Berset a confirmé jeudi ce couac devant les médias à Berne. Cette panne est liée à un problème de serveur survenu dans le cadre des travaux d'amélioration du comparateur de primes en ligne priminfo.ch du Département fédéral de l'intérieur. «Nous avons retiré les données très rapidement, dès que l'erreur a été constatée», a expliqué Alain Berset. «Les données se sont trouvées sur Internet entre lundi après-midi et mercredi matin, soit durant environ 36 à 40 heures», a précisé à l'ats Nicole Lamon, porte-parole du conseiller fédéral.

Les primes d'assurance maladie 2013 ont été publiées prématurément lundi sur le site Internet de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) en raison d'une erreur technique. Le ministre de la santé Alain Berset a confirmé jeudi ce couac devant les médias à Berne. Cette panne est liée à un problème de serveur survenu dans le cadre des travaux d'amélioration du comparateur de primes en ligne priminfo.ch du Département fédéral de l'intérieur. «Nous avons retiré les données très rapidement, dès que l'erreur a été constatée», a expliqué Alain Berset. «Les données se sont trouvées sur Internet entre lundi après-midi et mercredi matin, soit durant environ 36 à 40 heures», a précisé à l'ats Nicole Lamon, porte-parole du conseiller fédéral.

Les primes d'assurance maladie 2013 ont été publiées prématurément lundi sur le site Internet de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) en raison d'une erreur technique. Le ministre de la santé Alain Berset a confirmé jeudi ce couac devant les médias à Berne. Cette panne est liée à un problème de serveur survenu dans le cadre des travaux d'amélioration du comparateur de primes en ligne priminfo.ch du Département fédéral de l'intérieur. «Nous avons retiré les données très rapidement, dès que l'erreur a été constatée», a expliqué Alain Berset. «Les données se sont trouvées sur Internet entre lundi après-midi et mercredi matin, soit durant environ 36 à 40 heures», a précisé à l'ats Nicole Lamon, porte-parole du conseiller fédéral.

Les primes d'assurance maladie 2013 ont été publiées prématurément lundi sur le site Internet de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) en raison d'une erreur technique. Le ministre de la santé Alain Berset a confirmé jeudi ce couac devant les médias à Berne. Cette panne est liée à un problème de serveur survenu dans le cadre des travaux d'amélioration du comparateur de primes en ligne priminfo.ch du Département fédéral de l'intérieur. «Nous avons retiré les données très rapidement, dès que l'erreur a été constatée», a expliqué Alain Berset. «Les données se sont trouvées sur Internet entre lundi après-midi et mercredi matin, soit durant environ 36 à 40 heures», a précisé à l'ats Nicole Lamon, porte-parole du conseiller fédéral.

Ton opinion