Genève: Albanais et Africains se font la guerre en prison
Actualisé

GenèveAlbanais et Africains se font la guerre en prison

De vives tensions impliquant les deux communautés ont éclaté à Champ-Dollon entre dimanche et mardi.

par
jef
Accueillant quelque 860 détenus pour 376 places, la prison de Champ-Dollon affronte une situation chronique de surpopulation carcérale.

Accueillant quelque 860 détenus pour 376 places, la prison de Champ-Dollon affronte une situation chronique de surpopulation carcérale.

Trois jours durant, des incidents interethniques ont mis l'établissement carcéral de Puplinge en ébullition. Au total, 23 détenus ont écopé d'une sanction, rapporte la «Tribune de Genève», dont les informations sont confirmées par Constantin Franziskakis, directeur des lieux. Le quotidien parle de «guerre des clans» entre détenus africains et albanais.

Tout a commencé par une dispute impliquant une dizaine de prisonniers, dimanche soir durant le repas en commun. Lundi, rebelote, en plus grave. Lors de la promenade regroupant une centaine de prisonniers d'une même unité, «une bagarre très violente» éclate, décrit Constantin Franziskakis. Elle est à mettre directement en rapport avec les événements de la veille. Sept personnes sont placées en cellule forte. Par la suite, un régime de sécurité renforcée sera appliqué à trois d'entre elles.

Mardi après-midi, enfin, douze détenus albanais refusent de réintégrer leur cellule, pour protester contre les sanctions infligées précédemment à leurs compatriotes. Eux aussi sont punis: pas de visites durant quinze jours. Le directeur de Champ-Dollon assure qu'à présent, l'ordre règne à nouveau. Qu'un groupe tente d'en soumettre un autre arrive parfois, explique le directeur. Dans ces cas-là, «c'est à nous de montrer que nous détenons le pouvoir».

Ton opinion