Actualisé 23.01.2009 à 09:16

Terrible chute à KitzbühelAlbrecht «pas en danger de mort immédiat»

Daniel Albrecht devait lutter ce week-end avec la descente de la Streif à Kitzbühel (Aut), il se retrouve à lutter contre la mort.

La faute à une chute sur le saut final du dernier entraînement. La faute à une chute effroyable dont les séquelles ne sont pas encore exactement connues. Rien n'est à exclure. Même le pire.

Selon Helmuth Obermoser, le médecin de la course autrichienne, Albrecht souffrirait d'un traumatisme crânio-cérébral avec hémorragie et de contusions aux poumons. Un diagnostic inquiétant que Swiss-Ski n'a voulu ni confirmer, ni infirmer.

Hospitalisé à Innsbruck et plongé dans un coma artificiel, Albrecht devrait être réveillé vendredi matin. Les médecins autrichiens informeront dans l'après-midi sur l'état précis de sa santé. En attendant, tout est envisageable: «Tant qu'il n'est pas sorti du coma artificiel, tout pronostic vital est réservé», a commenté un médecin de l'équipe de Suisse.

Les nouvelles n'ont pas été beaucoup plus rassurantes du côté d'Innsbruck: «Son état est stable et il n'est pas en danger de mort immédiat. Reste qu'on ne peut encore écarter aucune éventualité», a relevé Wolfgang Kohler, un des spécialistes qui l'a examiné.

Un crash à 140 km/h

L'incident s'est produit sur le dernier saut de la Streif. Alors qu'il déboule à près de 140 km/h, Albrecht négocie mal son envol. Il est déséquilibré, puis s'écrase 60 m plus loin. Ses skis se fracassent, son corps part en vrille. Il perd connaissance. Les secours arrivent immédiatement pour donner les premiers soins au vainqueur des géants de Sölden et d'Alta Badia cet hiver.

Vingt minutes plus tard, l'hélicoptère l'emmène à l'hôpital de Sankt Johann. C'est là qu'il reprend brièvement ses esprits, avant d'être placé dans un coma artificiel. Il est ensuite transféré aux soins intensifs neurologiques d'Innsbruck. «Le coma artificiel permet de soulager le cerveau, et lui laisser le temps de récupérer», a précisé le médecin de Swiss-Ski.

Saut maudit

Sur ce même saut l'an dernier, Scott Macartney avait aussi été victime d'une terrifiante chute. L'Américain n'avait pas non plus échappé au traumatisme crânio-cérébral et au coma artificiel. Il s'en était finalement sorti indemme et avait repris la compétition en début du présent hiver.

«Après l'accident de Macartney, nous avons sécurisé ce saut en le rabotant», a rappelé Günter Hujara, le directeur des courses de la FIS. «C'est extrêmement triste ce qui est arrivé à Albrecht, mais c'est la fatalité. Si vous voulez supprimer ce genre d'incident, il ne faut plus organiser de descentes.»

Une fatalité acceptée par Swiss-Ski. «Il n'y a aucune polémique à faire sur la dangerosité de ce saut. C'est Kitzbühel et la course doit être spectaculaire», a déclaré un des entraîneurs, Patrice Morisod. «Les coureurs sont des professionnels et doivent s'adapter. Or, Daniel est arrivé sans préparation sur le saut et s'est fait piéger. Son manque d'expérience en descente peut expliquer cette chute.»

Il est vrai qu'Albrecht n'en était qu'à sa deuxième Streif. Et encore, l'an dernier, il avait déjà chuté (sans gravité) sur la piste la plus redoutable du circuit.

Du côté des coureurs, on a essayé de rendre compte de ce saut. «Il y a une petite vague sur la fin de la bosse. Si on ne se regroupe pas, ce saut est un véritable tremplin», a expliqué le Français Adrien Théaux. «Ouvrez une fenêtre à 140 km/h sur l'autoroute et vous verrez quelle pression vous prendrez», a ajouté Didier Cuche.

La chute de l'Américain Scott McCartney en 2008:

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!