ski alpin: Albrecht se donne 2 ans pour revenir au top
Actualisé

ski alpinAlbrecht se donne 2 ans pour revenir au top

Un an et demi après son terrible accident sur la Streif de Kitzbühel, Daniel Albrecht retrouve peu à peu ses repères.

par
Marc Fragnière
Saas Fee
La chute du 22 janvier 2009 n'est plus qu'un souvenir.

La chute du 22 janvier 2009 n'est plus qu'un souvenir.

Le miraculé de Fiesch s'est confié mardi, en marge de la semaine publicitaire de Swiss-Ski, à Saas Fee.

Daniel, comment vous sentez-vous? Comment jugez-vous votre forme actuelle?

Je vais beaucoup mieux que l'an dernier à pareille époque. Chaque semaine apporte son lot d'améliorations. Rien à voir avec la situation de l'été passé, mais c'est toutefois encore difficile de dire à quel niveau je me situe réellement.

Après une saison blanche, consacrée à l'entraînement, vous vous étiez élancé comme ouvreur lors des finales de la Coupe du monde à Garmisch, en mars. Qu'est-ce que l'hiver dernier vous a apporté, avec le recul?

Le fait d'avoir pu reprendre l'entraînement si tôt m'a beaucoup apporté, car les progrès ont été rapidement manifestes. Avoir pu prendre le départ lors de finales, même en qualité d'ouvreur, était également très important, j'ai pu y ressentir la fièvre de la compétition.

Comment avez-vous retrouvé votre place dans l'équipe? Vos relations avec les autres cadres sont-elles différentes de celles que vous entreteniez avant votre accident?

L'équipe s'est toujours souciée de mon état de santé. Les gars étaient aussi derrière moi pour me dire ce qui allait et ce que je faisais faux. Mais tout a été compliqué parce que je n'avais plus de repères. J'ai dû, et je dois encore, tout réexpérimenter, si bien que je suis souvent hors du groupe.

Le chemin à parcourir pour revenir au niveau qui était le vôtre avant l'accident semble encore long. Quel est votre objectif aujourd'hui ?

J'ai deux buts. L'un est un défi personnel: parvenir à faire des résultats de premier plan cet hiver déjà. Le second est plus réaliste: il s'agit de revenir à mon niveau d'autrefois d'ici à deux ans.

Ton opinion