Ski alpin: Albrecht sur les traces d'Herminator
Actualisé

Ski alpinAlbrecht sur les traces d'Herminator

Le Valaisan a réussi son pari! Sous les vivats de la foule, il a chassé le doute dimanche en bouclant le géant de Beaver Creek (USA).

par
Marc Fragnière
La joie et le soulagement du Valaisan étaient perceptibles à Beaver Creek.

La joie et le soulagement du Valaisan étaient perceptibles à Beaver Creek.

Six cent quatre-vint-un jours après son horrible chute de Kitzbühel, le skieur de Fiesch a terminé dans les points la première épreuve de Coupe du monde à laquelle il a pris part depuis le drame.

Donné perdu pour le sport, le prodige haut-valaisan a retrouvé un niveau suffisant pour tirer son épingle du jeu en élite. Plus qu'un anecdotique 21e rang, c'est une victoire de prestige sans commune mesure qu'il a obtenue sur la Bird of Prey.

«A mes yeux, ce retour a plus de valeur que mon titre mondial», a résumé le champion du ­monde 2007 de super-combiné à Are.

Au terme d'une interminable rééducation, durant laquelle l'obstination du Haut-Valaisan a souvent rimé avec démesure, le retour réussi de Daniel Albrecht ne peut que forcer l'admiration de tous. Il s'inscrit dans le livre d'or d'un genre forcément à fleur de peau: celui des destinées faites d'abnégation teintée de témérité, celui de cette foi qui déplace des montagnes pourtant réputées inamovibles.

Ainsi, le 27 janvier 2003, un autre fantastique skieur avait ému les foules. Victorieux du super-G de Kitzbühel, l'Autrichien Hermann Maier avait mis fin à son enfer, 22 mois après avoir été victime d'un grave accident de moto.

Celui qui avait failli être amputé de la jambe droite avait dompté la Streif, 13 jours (!) après son retour en Coupe du monde. Herminator était par la suite devenu champion du monde en géant (Bormio 2005), avant de se parer d'argent en super-G et de bronze­ en géant, lors des JO de Turin 2006. L'avenir appartient à Daniel Albrecht.

«Une belle leçon de vie»

Parmi les destins des sportifs suisses accidentés, celui du pilote (Formule 3000) Eric Berguerand n’est pas piqué des vers.

Victime d’un terrible accident lors de la course de côte Saint-Ursanne - Les Rangiers en 2007, le Valaisan – à l’instar de Daniel Albrecht – a amorcé son come-back. Il devrait renouer avec la compétition l’an prochain.

«La passion est trop forte, je suis en train de remonter une monoplace. Les résultats seront secondaires, ce qui primera, c’est le plaisir», jure-t-il. De son envolée dans les arbres, Berguerand garde aujourd’hui encore des séquelles: «Ma cheville gauche est pratiquement foutue, mais on fait avec ce qui reste!», philosophe-t-il, avant de tirer son chapeau à Daniel Albrecht: «Ce qu’il a réalisé, c’est une belle leçon de vie.»

Ton opinion