Genève: Alcoolisme et jalousie ont mené au meurtre
Actualisé

GenèveAlcoolisme et jalousie ont mené au meurtre

Le meurtre à Plainpalais d'une femme de 39 ans le 17 mai est survenu dans un contexte de marginalité de la victime et son auteur. Ce dernier s'était rendu à la police.

par
hdc

L'auteur s'est rendu le lendemain des faits au poste de police des Pâquis. Il a d'emblée avoué qu'il avait tué sa compagne la nuit précédente. Selon la «Tribune de Genève», le drame s'est produit durant une nuit de violences entre les deux individus, souffrant chacun d'un problème d'alcool. Le meurtrier a ainsi indiqué aux enquêteurs qu'il aurait frappé sa victime d'un coup de poêle à la tête.

Le soir du meurtre, les voisins ont entendu des cris et des bruits de chaise cassée s'échapper de l'appartement de la trentenaire, qui vivait seule mais hébergeait depuis peu le prévenu, qu'elle avait rencontré dans un centre social un an auparavant. D'origine roumaine, ce célibataire ne possédait pas de domicile. Ces amants vivaient une relation tourmentée, émaillée de fréquentes disputes, de jalousie réciproque ou de nuisances sonores pour le voisinage. «Une fois, j'ai trouvé son copain en train de dormir dans les escaliers», témoigne d'ailleurs un locataire dans le quotidien genevois.

«Laisse-moi, je vais te tuer», aurait lancé la victime à celui qui l'aurait ensuite frappé, sans toutefois la tuer, soutient-il. Ce n'est que le lendemain qu'il se serait rendu compte que sa compagne était décédée. Toujours détenu, le prévenu s'est montré jusqu'à présent collaborant lors de l'enquête.

Ton opinion