Fantastique: Alerte au grand méchant loup-garou
Actualisé

FantastiqueAlerte au grand méchant loup-garou

Succès des vampires oblige, le lycanthrope fait un retour prévisible. Mais efficace.

par
Fred Ferrari

Trop tard! Lawrence Talbot arrive trop tard dans son Angleterre natale pour sauver son frère. Pis: chassant l'horrible créature qui l'a tué, Lawrence se fait mordre... et découvre bientôt que la pleine lune a une étrange influence sur lui... La suite, vous la devinez, sachant qu'il y a une belle jeune femme, un détective de Scotland Yard et quelques sortilèges bohémiens dans le décor. N'empêche. Avec ce «Wolfman», Joe Johns­ton réussit à nous tenir en haleine presque deux heures durant.

Tout le film est en clair-obscur et en rouge (gore) et noir, croisement entre le style victorien de Dr Jekyll et Mr Hyde et le western crépusculaire, explorant des thèmes comme la folie (le héros passe par l'asile) et la filiation difficile (le père du héros n'est pas blanc ­comme neige).­ Le résultat, troussé par un Joe Johnston expert en divertissement («Jumanji», «Jurassic Park III»), est d'un classicisme absolu, mais habité par un Benicio Del Toro qui réussit à paraître de plus en plus jeune et séduisant au fur et à mesure que la bestialité l'envahit. Si, si!

Bande-annonce

Wolfman

De Joe Johnston

Avec Benicio Del Toro, Anthony Hopkins, Emily Blunt

***

3 questions à Benicio del toro

– Pourquoi jouer les loups-­garous?

– Parce que j’adore ça! Depuis que je suis gamin, je suis un grand fan de films de monstres. Je les regardais en super-8 avec mon grand frère et j’ai gardé une vraie passion pour le genre. C’est pour cela que je suis l’instigateur du projet «Wolfman».

– Quelle a été votre réaction en vous voyant maquillé?

– J’ai trouvé que je ressemblais à mon chien. Ça m’a confirmé qu’un grimage ne suffit pas pour être crédible: il faut jouer la comédie pour donner vie

au personnage.

– Anthony Hopkins vous a-t-il intimidé?

– C’est un peu le loup-garou en chef en même temps que mon père à l’écran, mais je ne me suis pas laissé dévorer par son immense présence. Je me suis

régalé à le voir jouer et à lui tenir tête. C’était vraiment génial de travailler avec une telle «pointure».

Propos recueillis par Caroline Vié

Ton opinion