Actualisé 12.10.2008 à 12:14

Suisse-Lettonie

Alex Frei: «Nous avons su faire preuve de caractère»

«Après une défaite contre le Luxembourg, tu ne peux pas jouer comme le Real Madrid!» Au lendemain de la victoire 2-1 contre la Lettonie, Alex Frei ne se voile pas la face.

Le capitaine reconnaît volontiers que l'équipe de Suisse n'a pas livré le meilleur match de son histoire samedi à St-Gall. «Mais nous avons su faire preuve de caractère. Marquer le 2-1 juste après avoir concédé un but qui était évitable témoigne d'une certaine force mentale, poursuit le capitaine. Notre victoire est toutefois indiscutable. Notre possession de balle fut de 70 % et nous avons manqué de réussite sur l'occasion incroyable de la 29e minute. A l'heure de jeu, j'ai senti que les Lettons lâchaient prise sur le plan physique».

Un sacré poids en moins

Le fait d'avoir gagné le match qui était celui de la vie ou de la mort libère certainement l'équipe d'un sacré poids. «Cette victoire nous permet d'aborder la rencontre de mercredi en Grèce avec une nouvelle confiance, admet Alex Frei. Mais l'important désormais est de récupérer. J'ai 29 ans. Je ressens une très grosse fatigue. Je vais passer mon après-midi à dormir. Mais ne vous inquiétez pas, je serai prêt mercredi. Je possède désormais suffisamment d'expérience pour savoir comment gérer l'après-match».

Mercredi, Alex Frei et ses coéquipiers ne seront cette fois pas dans l'obligation de gagner à tout prix. «Nous nous déplaçons chez le favori du groupe, précise d'emblée le Bâlois. Mais malgré notre défaite contre le Luxembourg, les Grecs nous respecterons. Je ne pense pas qu'ils vont se ruer en attaque pour chercher le K.O. d'entrée. Toutefois, nous serons opposés à une équipe d'une très grande valeur avec deux attaquants redoutables: Charisteas et Gekas. Ils ne sont peut-être pas très brillants avec leur club (ndlr: Nuremberg pour Charisteas et Bayer Leverkusen pour Gekas), mais ils sont très percutants avec la Grèce. Ils se complètent bien. Charisteas est très fort dans le jeu aérien alors que Gekas prend parfaitement la profondeur».

Un duo très dangereux

Alex Frei mesure ainsi pleinement la tâche qui attend Grichting et Eggimann mercredi. Le Valaisan et l'Argovien, qui n'ont encore jamais été titularisés ensemble en sélection, détiendront en grande partie les clés du match pour l'équipe de Suisse. S'ils parviennent à tenir le choc face à Gekas et à Charisteas, la Suisse pourra peut- être obtenir «le» résultat qui la relancera pleinement dans la course à la qualification. Si elle s'incline en revanche au Pirée, la première place du groupe, c'est-à-dire la qualification directe pour la Coupe du monde 2010, sera inaccessible.

«Il faudra peut-être savoir se contenter d'un point en Grèce, glisse Alex Frei. Avec quatre points en trois matches, notre situation n'est pas fameuse. Mais je pense que la Grèce laissera, elle aussi, des plumes contre les autres équipes du groupe. Je pars toutefois à Athènes pour gagner. Nous avons les moyens d'y parvenir si nous sommes capables d'élever notre niveau de jeu. Ce match en Grèce sera le dernier de l'année avec un enjeu véritable. Il n'y a pas de calcul à faire. Nous devons tout donner !» (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!