Estivale open air: Alex Hepburn: «J'ai envie que les gens m'aiment»

Actualisé

Estivale open airAlex Hepburn: «J'ai envie que les gens m'aiment»

La belle britannique se produira lors de la 23 édition de l'Estivale. Le Français Jil Is Lucky et de nombreux groupes Suisses sont aussi attendus à Estavayer-le-Lac. Tour d'horizon.

par
F.Eckert/J.Delafontaine
La chanteuse de 26 ans a enflammé le Montreux Jazz dernièrement.

La chanteuse de 26 ans a enflammé le Montreux Jazz dernièrement.

L'Estivale est plébiscité par le public. En 2012, 10'000 personnes avaient répondu présent. Deux raisons: son emplacement et la disposition de sa grande scène.

L'open air, d'un budget de 600'000 fr., prend vie ­depuis 1990 sur l'enchanteresse presqu'île de Nova Friburgo. Sur celle-ci, entourés par le lac de Neuchâtel et à l'ombre des arbres, les spectateurs apprécient les concerts comme nulle part ailleurs, en étant proches des stars.

Interview d'Alex Hepburn au Montreux Jazz

Une voix rocailleuse et inimitable, une personnalité hors normes. Il n'en fallait pas plus pour que l'Europe tombe sous le charme d'Alex Hepburn et de son CD, «Together Alone». Interview.

Comment vit-on la comparaison avec Amy Winehouse, Adele ou Janis Joplin?

Personne n'aime être comparé. Mais en même temps, on ne me compare pas à des moins que rien. Ce sont des phénomènes, des figures historiques. Donc je le prends comme un compliment. Par contre, ce ne sont pas des artistes avec qui j'ai grandi musicalement.

Votre 1er album «Together Alone» est un succès. Qu'est-ce que ça fait?

C'est super. Même si on a l'impression que je suis surexposée, ce n'est pas mon sentiment. Je travaille tellement que je ne m'en rends pas compte. Je ne sens pas cette célébrité. Les seules fois où je remarque que je suis populaire c'est quand je me produis sur scène et que le public reprend en cœur le refrain de «Under». Autre exemple, je remarque parfois que des gens me regardent quand je suis à l'aéroport. Je me demande à chaque fois ce qu'il se passe et pourquoi ils me fixent. Est-ce qu'il y a un truc qui ne va pas avec mon visage? Je suis un peu complexée et parano.

Vous pensez déjà à l'album suivant?

Oui, bien sûr. Le premier disque est une expérience, une découverte. Le 2e est celui où tu t'affirmes. Tu sais vraiment ce que tu veux faire. Je ne sais pas de quoi il sera fait. Mais je sais que je vais continuer à raconter ce que je vis. Je ne suis pas une actrice qui peut faire paraître ce qu'elle n'est pas. Même si à l'heure actuelle j'ai du succès, je ne suis pas complètement épanouie. Ce succès ne suffit pas à effacer les merdes que j'ai eues dans ma vie.

Comment percevez-vous la scène?

Ça peut paraître arrogant mais je sais ce que je veux et comment je le veux. Je suis donc super exigeante avec moi-même et très critique sur ce que je fais. J'ai tellement envie que les gens aiment ce que je propose. Ils paient pour me voir je ne dois donc pas les décevoir.

Comment réagit le public à vos titres?

Parfois, les gens pleurent durant mes concerts. Ça me fait flipper même si c'est magnifique. Ils ressentent les émotions que j'ai vécues en écrivant mes textes. Rapport à ma musique en live, c'est l'attitude rock, la mélancolie blues et l'âme soul.

Sur scène, vous reprenez Neneh Cherry et Nancy Sinatra. Pourquoi?

Je suis fan de «Bang Bang» de Sinatra. Ce titre est si sexy. Et «Woman» de Cherry, est une des chansons que j'aurais tellement voulu écrire.

Que pensez-vous de la Suisse?

J'aimerai bien vivre ici. C'est trop beau, il n'y a pas de mots. Le public? Juste trop beau aussi! J'ai fait mon premier festival ici, à Saint-Gall. Les gens ont fait la ola. Je ne savais pas ce que c'était avant qu'on m'explique. C'était génial, ça m'a scotchée.

La 1ere fois que vous avez entendu votre tube, «Under», à la radio c'était aussi en Suisse...

J'étais choquée. On m'avait invité à passer Nouvel-An à Verbier. J'étais sur la route et je l'ai entendu. C'était bizarre. Tu as presque envie de vérifier si ce n'est pas ton CD qui tourne dans l'autoradio.

Alex Hepburn en concert: Mercredi 31 juillet 2013 à 20h15 sur la Grande Scène.

JIL ADORE MONTER SUR SCÈNE EN SUISSE

«On a déjà joué à Bulle et à Genève. Le public a été super. C'est vraiment plaisant de se produire en Suisse», explique le Français Jil is Lucky. Il a également hâte de découvrir Estavayer-le-Lac et son «site de rêve». Jil Bensénior, de son vrai nom, proposera le meilleur de ses albums «Jil is Lucky» et «In the Tiger's Bed». Avec pour particularité que certains de ses titres ont été retravaillés pour la scène: «Mon premier disque est folk. Le second sonne pop. Il nous a fallu trouver une solution pour adoucir ce grand écart de styles. J'ai donc rajeuni mes anciens morceaux.» Actuellement en tournée, l'artiste prend son pied: «Les festivals, c'est toujours excitant, car on se défonce pour un public qui n'est jamais conquis d'avance.»

Jil is Lucky en concert: Mercredi 31 juillet 2013 à 18h30 sur la Grande Scène.

DES PROPHÈTES EN LEUR PAYS

La Scène du Lac n'accueil­lera que des artistes helvétiques. Et pas des moindres, à l'image du groupe valaisan de rock Kyasma dont le premier album «Symphony For Techno­logy» a été réalisé avec le concours de John Cornfield, le producteur de Muse ou d'Oasis. Le pop-rocker One Lucky Sperm, lui, a connu le succès avec 7 Dollar Taxi, dont il est le chanteur.

LE PROGRAMME COMPLET

Mercredi 31 juillet 2013 (prix: 54 fr.). Grande Scène: 18h30 Jil Is Lucky, 20h15 Alex Hepburn, 22h15 Lilly Wood & The Prick, 0h15 Crystal Fighters. Scène du Lac: 19h30 Get In The Car Simone, 21h30 Nenuphar Is What We Are, 23h30 One Lucky Sperm.

Jeudi 1er août 2013 (gratuit). Grande Scène: 19h Amadou Diolo & The Diololou, 22h30 The Raveners.

Vendredi 2 août 2013 (complet). Grande Scène: 19h45 Eiffel, 21h45 Garou, 23h45 Saule. Scène du Lac: 19h Francois Ve, 21h Sim's, 23h Catillon.

Samedi 3 août 2013 (prix: 54 fr.). Grande Scène: 19h45 Kill It Kid, 21h45 Puggy, 23h45 77 Bombay Street. Scène du Lac: 19h Willow John, 21h The Jamborines, 23h Kyasma.

Estivale Open Air

Place Nova-Friburgo, Estavayer-le-Lac. Info et billets: www.estivale.ch

Ton opinion