Cyclisme: Alexandre Balmer est un phénomène

Publié

CyclismeAlexandre Balmer est un phénomène

Souvent, la communication des sportifs est verrouillée et terne. Le Chaux-de-Fonnier de 20 ans, lui, dit toujours ce qu’il pense. Il analyse tout et le dit, et c’est un vrai bonheur.

par
Robin Carrel
De grandes et belles théories, à côté du Vaudois Robin Froidevaux (à dr.).

De grandes et belles théories, à côté du Vaudois Robin Froidevaux (à dr.).

Dimanche, à Belp, le nouveau coureur de l’équipe continentale de la FDJ s’est presque surpris lui-même, en remportant le championnat de Suisse du contre-la-montre des moins de 23 ans. Ce touche à tout ce qui a deux roues est doué dès qu’il faut pédaler, mais croyez-en mes quelque dix années dans ce beau métier, aussi à l’heure d’analyser ses performances.

On l’avait croisé il y a deux ans sur le Tour du Pays-de-Vaud et c’était déjà tout pareil, à simplement 18 printemps! Alors après qu’il a enfilé son nouveau maillot à croix blanche, quand il est passé par la case interview, autant vous dire que je piaffais d’impatience... et que je n’ai pas été déçu! Notre estimé collègue d’Arcinfo a dégainé sa première question («C’était l’objectif, hein, quand même.») et c’était parti pour deux minutes tête dans le guidon:

«Ben oui, dans un coin de la tête, je visais le titre. Avec en plus l’équipe derrière moi (réd: la FDJ avait dépêché un minibus et de l’encadrement, pour le suivre lui et Stefan Küng), l’infrastructure que j’avais, oui, je visais le titre. Après, en Suisse, on n’a pas une énorme quantité de coureurs, mais il y a vraiment de la qualité. J’avais peut de Joel Sutter (2e à 1’’), de Mauro Schmid, Robin Froidevaux (3e)... Je savais que, même pour une médaille, ça allait être dur.

Moi, j’aime bien quand tout est aligné, que tout soit parfait, comme j’ai envie, que ce soit préparé. Et puis cette semaine a fini par être très usante. Je suis actuellement dans deux équipes, une pour la route, une pour le VTT, j’ai eu pas mal de contraintes avec des sponsors... J’ai dû faire des déplacements et pas mal de voiture. Je pense que j’y ai passé au moins quinze heures et c’était assez usant. Je suis content, mais il n’aurait pas fallu en faire plus, parce qu’il ne me restait plus qu’une seconde de marge à la fin.

«Allez Alexandre, appuie, appuie!»

D’Alexandre lui-même.

Ça me fait vraiment et surtout plaisir que cette seconde soit tombée de mon côté. J’avais de bonnes sensations. Ce parcours était ludique. Il n’y avait pas réellement de moments où tu étais dans le dur, où tu te dis: ‘Allez Alexandre, appuie, appuie!’. C’était ligne droite – virage et il fallait rester toujours concentré. Tu n’étais jamais seul dans ton effort, il y avait toujours plein de tournants à négocier. Des fois, j’y étais d’ailleurs un peu limite, parce que je tapais les cônes à l’intérieur, tellement j’en passais proche! D’autres fois, j’ai re-pédalé un peu trop vite et ça glissait à l’arrière.

Mais je suis content. Avec mon entraîneur Joseph, depuis trois semaines, on a préparé ça au maximum. Depuis les championnats de Suisse de l’année dernière, je n’étais jamais remonté sur un vélo de chrono! J’avais juste fait, en février, le réglage de mon vélo. Je devais ensuite travailler le contre-la-montre, mais avec le confinement, on a dû rentrer chacun chez soi et laisser les vélos au service-course. Au final, ces trois semaines ont suffi et, maintenant, on va essayer de préparer les Européens et les Mondiaux, parce que c’est peut-être quelque chose de bien à aller faire. Et puis voilà, j’ai donc commencé la saison avec une victoire!»

Derrière, il y avait encore une bonne dizaine de minutes d’interview, où le jeune homme expliquait notamment la nécessité de communiquer via les réseaux sociaux pour des sponsors privés de visibilité pendant près de quatre mois alors qu’il n’aime pas trop ça, ou encore l’importance relative qu’il donnait actuellement au fait de gagner de l’argent. Balmer préfère, en effet, prouver d’abord sa valeur sur la route, avant de commencer à sérieusement monnayer ses talents.

Vous voyez pourquoi je suis déjà fan de ce coureur avec l’accent des Hauts de Neuchâtel qui va bien?

Ton opinion

0 commentaires