Russie: Alexeï Navalny condamné à la prison: tollé international
Actualisé

RussieAlexeï Navalny condamné à la prison: tollé international

Un tribunal de Moscou a ordonné mardi d’envoyer l’opposant russe derrière les barreaux pour près de 3 ans. La communauté internationale s’insurge.

Alexeï Navalny lors de son audience au tribunal à Moscou le 2 février 2021.

Alexeï Navalny lors de son audience au tribunal à Moscou le 2 février 2021.

AFP PHOTO / MOSCOW CITY COURT PRESS SERVICE

Un tribunal moscovite a ordonné mardi l’emprisonnement pour près de trois ans de l’opposant Alexeï Navalny, entraînant la condamnation unanime de l’Occident, sur fond de répression d’un mouvement de contestation. États-Unis, UE, Allemagne, France ou encore Royaume-Uni: tous ont appelé à sa «libération immédiate». La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé des réactions occidentales «déconnectées de la réalité» et une ingérence «dans les affaires d’un État souverain».

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, est attendu vendredi à Moscou et a demandé à voir l’opposant. Le Kremlin a qualifié de «bêtise» la volonté de vouloir lier les relations UE-Russie au sort d’Alexeï Navalny.

La juge Natalia Repnikova avait estimé mardi soir que celui qui s’est imposé en dix ans comme le principal détracteur de Vladimir Poutine avait violé son contrôle judiciaire et devait en conséquence purger une peine de 3 ans et demi de prison avec sursis datant de 2014, moins une dizaine de mois passés cette année-là assigné à résidence. Selon son avocate, Olga Mikhaïlova, Alexeï Navalny devrait donc effectuer «environ» deux ans et huit mois de prison. Mais il fera appel.

Il s’agit de la première sentence longue pour l’opposant, qui s’est spécialisé dans les enquêtes sur la corruption des élites et accuse le président russe d’avoir ordonné son empoisonnement en août dernier.

Appels à manifester

Dès l’annonce de cette peine, son organisation, le Fonds de lutte contre la corruption, a appelé à une manifestation immédiate au pied du Kremlin. «On vous attend à la Place du Manège», a-t-elle déclaré sur Twitter. Une foule de policiers casqués et de fourgons cellulaires ont été rapidement déployés sur les lieux, selon des journalistes de l’AFP qui ont été témoins d’interpellations. Quelques trois cent personnes ont en outre été arrêtées dans la journée en Russie lors de diverses actions pro-Navalny, en particulier à Moscou.

L’opposant de 44 ans avait écouté le jugement, mains dans les poches dans la cage de verre réservée aux prévenus. Il a adressé des signes de coeur à son épouse Ioulia. À l’audience, il avait dénoncé une affaire destinée à «faire peur à des millions» de Russes. «Vous ne pourrez pas emprisonner tout le pays!» a-t-il proclamé, en référence aux milliers d’arrestations ces deux derniers week-ends lors des rassemblements d’opposition les plus importants depuis des années.

D’autres procédures à venir

L’affaire examinée mardi concernait une requête des services pénitentiaires qui accusaient Alexeï Navalny de ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire dans le cadre de sa condamnation avec sursis, en 2014. Cette dernière avait été dénoncée par la Cour européenne des droits de l’Homme. L’opposant avait été arrêté le 17 janvier, à son retour en Russie.

L’opposant est encore la cible de multiples procédures. Vendredi, il comparaîtra pour «diffamation» envers un ancien combattant. Il est aussi accusé d’escroquerie dans un autre dossier. Nombre de ses alliés et collaborateurs ont eux été assignés à résidence, incarcérés ou poursuivis.

(AFP)

Ton opinion