Actualisé

ChineAlibaba dévoile son prix d'introduction à la Bourse

Le géant chinois de la distribution en ligne doit dévoiler jeudi le prix de son action pour ses premiers pas à Wall Street, pour ce qui s'annonce comme la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire.

C'est après la clôture de la Bourse de New York (vers 22h00 en Suisse) que va prendre fin le suspense qui entoure depuis plusieurs mois l'arrivée sur la première place financière mondiale de cette success-story chinoise, l'un des marqueurs de la deuxième économie du globe. 66 ou 68 dollars (près de 62 ou 64 francs), voire plus ? Lundi, c'est porté par l'effervescence autour de la tournée de présentation de l'entreprise («roadshow») qu'Alibaba a relevé sa fourchette de prix à 66-68 dollars, contre 60 à 66 dollars auparavant.

Un tel niveau lui permettrait de récolter jusqu'à 25,03 milliards de dollars auprès d'investisseurs alléchés par cette pépite fondée en 1999 par un professeur d'anglais Jack Ma avec 60'000 dollars.

Cette somme permettrait de dépasser le record détenu par un autre groupe chinois, AGBank, qui avait levé 22,1 milliards de dollars en 2010 à Hong Kong et Shanghai, selon le cabinet de recherche Dealogic. Elle en fera également un mastodonte en Bourse, pesant entre 163 et 168 milliards de dollars, soit davantage qu'Amazon (149,7 milliards de dollars mercredi soir).

Chiffres affolants

Certains experts estiment même qu'Alibaba vaut davantage. Le cabinet de recherche PrivCo prédit ainsi un prix unitaire de l'action Alibaba à plus de 100 dollars pour une valorisation boursière avoisinant les 240 milliards de dollars. Ces chiffres affolants témoignent de l'«Alibabamania» autour de cette entreprise considérée comme un hybride entre eBay, Amazon et PayPal.

Selon Qing Wang, professeur à l'école de management britannique Warwick, l'entrée en Bourse d'Alibaba est un «tournant» qui «pourrait mettre fin à la domination des Etats-Unis» dans le secteur technologique. «Le taux de croissance annuel de plus de 30% enregistré par Alibaba montre que le fossé entre les sociétés chinoises, Alibaba et Tencent, et les américaines est en train de se combler», conclut-il.

Alibaba a enregistré un bénéfice net de près de 2 milliards de dollars (presque triplé sur un an) pour un chiffre d'affaires de 2,5 milliards ( 46%) sur son trimestre clos en juin.

Certains observateurs ne sont toutefois pas convaincus. «Le succès d'Alibaba est largement dû à la Chine ou à ce que j'appelle Imitation: C2C (Copier en Chine) ou comment transposer sur le marché chinois les recettes des rivaux internationaux absents dans le pays pour des raisons réglementaires», estime Trip Chowdhry chez Global Equity Research. Lucian Bebchuk, professeur à Harvard, met, lui, en garde contre des «risques sérieux en termes de gouvernance».

Reconnaissance internationale recherchée

Virtuellement inconnu hors de ses terres, Alibaba, qui compte quelque 20'000 employés, se taille la part du lion en Chine sur le marché des transactions de particulier à particulier en ligne qu'il contrôle à 90% avec sa plate-forme Taobao (500 millions d'usagers). Sa plate-forme Tmall.com règne quant à elle sur 50% du marché chinois des ventes en ligne de professionnels à particuliers.

A la recherche d'une reconnaissance internationale, Alibaba a commencé à se diversifier: il a, par exemple, récemment lancé un site d'e-commerce haut de gamme aux Etats-Unis («11 Main»).

Pour éviter tout couac lors de la première cotation du géant chinois vendredi, la plate-forme boursière le New York Stock Exchange (NYSE), où s'échangeront les titres du groupe sous le symbole «BABA», a sorti le grand jeu et procédé à trois tests à temps réel.

«Tout est prêt», affirme-t-on à l'AFP auprès du NYSE, qui ne veut pas connaître la mésaventure de son rival, le Nasdaq, lors de l'entrée à Wall Street en 2012 de Facebook. Si le réseau social avait levé 16 milliards de dollars, son baptême boursier avait été émaillé de nombreux problèmes techniques.

Outre M. Ma, les deux grands gagnants de cette opération sont les groupes japonais SoftBank, premier actionnaire d'Alibaba avec 34% du capital et le portail Internet Yahoo! (22,4%) qui va empocher entre 8 et 9 milliards de dollars. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!