Catastrophes au Japon: Aliments irradiés: Berne adapte ses valeurs limites
Actualisé

Catastrophes au JaponAliments irradiés: Berne adapte ses valeurs limites

Comme annoncé il y a une semaine, la Suisse revoit à la baisse les valeurs limites pour la radioactivité présente dans les denrées alimentaires.

Les denrées alimentaires provenant du Japon et mises en vente en Suisse ne présentent aucun danger pour la santé, assure l'OFSP.

Les denrées alimentaires provenant du Japon et mises en vente en Suisse ne présentent aucun danger pour la santé, assure l'OFSP.

La Suisse s'adapte à l'UE qui a abaissé ses propres seuils de contamination pour garantir la cohérence avec ceux prévus par la réglementation japonaise.

Cette adaptation des valeurs pour l'iode, le césium et le plutonium permet de mieux protéger le consommateur et d'harmoniser la réglementation suisse à celles de l'UE et du Japon, indique jeudi l'Office fédéral de la santé publique dans un communiqué.

Une harmonisation est judicieuse pour éviter des entraves au commerce. Du point de vue sanitaire, ce ne serait toutefois pas nécessaire, selon un spécialiste de l'OFSP.

Les produits importés de l'archipel représentent un millième de l'alimentation des Helvètes et leur importation ne cesse de diminuer depuis la catastrophe. Ils n'en font pas moins l'objet de contrôles à la douane qui n'ont pour l'heure révélé aucune anomalie.

A ce jour, tous les échantillons se sont révélés négatifs, et la marchandise a pu être commercialisée. Les denrées alimentaires provenant du Japon et mises en vente en Suisse ne présentent aucun danger pour la santé, assure l'OFSP. Les résultats des mesures sont en outre publiés sur le site internet de l'OFSP.

(ats)

Ton opinion