Actualisé

Alpiniste disparu en Patagonie: plus d'espoir

La famille de l'alpiniste tessinois Franco Dellatorre, 49 ans, disparu depuis le 10 novembre dans la Patagonie chilienne n'a plus aucun espoir de le retrouver en vie.

Les recherches organisées sur place n'ont rien donné, a indiqué vendredi l'alpiniste Romolo Nottaris.

«La famille Dellatorre a acquis la certitude de la mort de Franco, qui restera pour toujours dans sa bien-aimée région de Campos de Hielo en Patagonie» annonce un communiqué de presse de la famille, diffusé vendredi par le biais de Romolo Nottaris.

Alpiniste luganais réputé qui a participé à plusieurs expéditions en Amérique du sud avec Franco Dellatorre, Romolo Nottaris a indiqué à l'ATS que l'expédition de recherche qu'il a mise sur pied n'a rien donné.

Plus aucun espoir

«Après avoir été contacté par la famille Dellatorre, je me suis rendu sur place avec deux experts italiens, un guide alpin international et un membre du Club alpin italien.» Le 2 décembre, soit 22 jours après la chute de Franco Dellatorre au fond d'un glacier, l'équipe a constaté que le camp de départ où avait été montée la tente de l'expédition était recouvert de neige fraîche.

«Il n'existe désormais plus aucun espoir de retrouver Franco encore en vie» conclut la famille dans son communiqué. L'alpiniste tessinois, expert de la Patagonie, avait survécu en 1993, dans la même zone, à une expédition qui avait mal tourné. Il avait été retrouvé encore en vie après avoir été porté disparu pendant onze jours. Il se trouvait alors en compagnie de l'alpiniste grison Arturo Giovanoli.

Marié et père d'un garçonnet de deux ans, personnage charismatique bien connu au Tessin où il était gardien de la cabane alpine Cadagno, au-dessus d'Airolo, Franco Dellatorre se trouvait au Chili avec un autre alpiniste tessinois au moment de la chute. Les deux hommes escaladaient la montagne «El arco», dans la région Campos de Hielo.

Il avait alors fallu deux jours au compagnon de cordée pour rejoindre une localité et être en mesure de donner l'alarme, vu l'impossibilité d'établir une communication par satellite à proximité de l'accident. Les conditions météréologiques exécrables avaient retardé le début des recherches. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!