LNA - Arbitrage: Alston: «On veut que les règles soient appliquées»
Actualisé

LNA - ArbitrageAlston: «On veut que les règles soient appliquées»

Le directeur sportif du LHC fulminait lundi au terme du match perdu contre Zoug. Il a d'ailleurs fait part de ses remarques aux représentant des arbitres.

par
Jean-Philippe Pressl-Wenger
Jan Alston était plutôt remonté lundi soir après la rencontre que Lausanne a perdu contre Zoug.

Jan Alston était plutôt remonté lundi soir après la rencontre que Lausanne a perdu contre Zoug.

Les couloirs de Malley ont grondé, lundi dans la soirée. Jan Alston et Sacha Weibel, respectivement directeur sportif et directeur général du club vaudois, ont élevé la voix pour exprimer leur désaccord à Freddy Reichen, le délégué arbitral présent à Lausanne. Si les discussions d'avant et d'après match entre les deux parties sont une réalité depuis longtemps, les responsables vaudois avaient déjà été parler aux directeurs de jeu après la victoire de Lausanne à Fribourg le 12 décembre (2-4).

Lundi, après les deux points bêtement égarés contre Zoug à domicile, le ton employé dans la discussion était plutôt virulent. «La performance arbitrale d'hier soir (ndlr : lundi) était incohérente, assène Jan Alston, joint par téléphone mardi. On se pose des questions. Durant la fin du match, plusieurs pénalités contre Zoug n'ont simplement pas été sifflées.» L'ancien joueur international ne veut toutefois pas ajouter de l'huile sur le feu, mais veut que ça change. «Nous ne voulons pas jouer les «caliméros» ou les victimes, explique-t-il. Nous ne voulons pas non plus initier une polémique contre l'arbitrage en général , ajoute encore le dirigeant lausannois. Nous voulons simplement que les règles en vigueur soient appliquées. Il faut que quand une faute est commise, elle soit sanctionnée, c'est tout.»

La Ligue ne veut pas fermer les yeux

Le directeur sportif du LHC a notamment demandé à son interlocuteur, lundi après le match, quelles étaient les conséquences pour les arbitres. Quelles sont les suites données aux discussions et doléances d'après match formulées par les clubs ? Contactée, la fédération s'est exprimée par la voix du responsable des arbitres Beat Kaufmann. «Il y a deux façons de faire, explique le dirigeant alémanique. Soit les clubs nous envoient une vidéo et nous en discutons, soit ils utilisent la possibilité de transmettre leurs remarques au superviseur dépêché sur place.» Pour ce qui est de la suite des opérations, les sanctions contre les arbitres ne sont appliquées que dans très rares cas. «Si l'on se rend compte qu'un directeur de jeu a de la peine à prendre les bonnes décisions dans les moments importants, assure Beat Kaufmann, il est possible de l'envoyer diriger certains matches en LNB.»

Le patron des zèbres insiste sur la différence qui existe entre la gravité d'une erreur d'arbitrage et la gravité de sa conséquence. «Une petite erreur peut avoir de grandes conséquences pour le match, ou pour le club lésé, note-t-il. Je ne veux pas fermer les yeux sur quoi que ce soit, mais il faut remettre les choses dans leur contexte.»

Ton opinion