Syrie: Ambassadeurs occidentaux «indésirables»
Actualisé

SyrieAmbassadeurs occidentaux «indésirables»

La Syrie a déclaré mardi «persona non grata» les ambassadeurs de plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis et la Suisse, qui ne se trouvent pas actuellement sur le sol syrien.

Cette décision est une «riposte» au renvoi des ambassadeurs syriens, a annoncé le ministère syrien des Affaires étrangères.

«La Syrie a décidé de déclarer persona non grata les ambassadeurs des Etats-Unis, de France, de Grande-Bretagne, de Suisse, de Turquie, d'Italie, et d'Espagne, ainsi que les chargés d'affaires belge, bulgare, allemand et canadien», précise le ministère dans son communiqué.

Au moins 18 diplomates, en majorité occidentaux, ont été déclarés indésirables, selon le texte. Celui-ci souligne toutefois que «la Syrie juge important le dialogue fondé sur les principes d'égalité et de respect mutuels entre Etats» et que «la diplomatie est un moyen nécessaire de contact pour résoudre les conflits et les problèmes en suspens».

Le ministère syrien exprime l'espoir en outre que tous les pays qui ont pris l'initiative de congédier les ambassadeurs syriens «adoptent ces mêmes principes, afin de permettre le retour à la normale des relations» avec la Syrie.

Ambassadeur de Suisse rappelé en août 2011

Ces derniers mois, de nombreux ambassadeurs occidentaux en poste à Damas ont quitté la Syrie, rappelés dans leurs pays pour protester contre la répression de la révolte par le régime. La Suisse a elle- même rappelé son ambassadeur pour consultation en août 2011. Elle a fermé «temporairement» son ambassade à Damas fin février, renvoyant les éventuels Suisses en besoin d'assistance à sa représentation à Beyrouth.

Le massacre de Houla - ville du centre de la Syrie où 108 personnes dont 49 enfants, ont été tués le 25 mai - a provoqué l'indignation de la communauté internationale, conduisant de nombreux pays, comme les Etats-Unis et le Japon, à expulser des représentants diplomatiques syriens dans leur capitale.

L'ambassadrice de Syrie en France et en Suisse Lamia Chakkour a été déclarée «persona non grata» par Paris et Berne à la suite de ce massacre. Bien que Paris ait annoncé son expulsion, elle est restée en France au titre de son accréditation auprès de l'UNESCO. (ats)

Ton opinion