Union Européenne: Amende de 953 millions d'euros pour un cartel
Actualisé

Union EuropéenneAmende de 953 millions d'euros pour un cartel

La Commission européenne a infligé des amendes d'un montant total de 953 millions d'euros (1,16 milliard de francs) à cinq entreprises européennes et japonaises.

Ces sociétés ont participé à une entente sur le marché des roulements automobiles, a-t-elle annoncé mercredi.

Il s'agit de la sixième amende cumulée la plus lourde infligée à ce jour par la Commission européenne à un groupe d'entreprises ayant participé à une entente.

Au total, six entreprises avaient participé à une entente portant sur leur stratégie tarifaire de 2004 à 2011. L'une d'entre elles, la japonaise JTEKT, a bénéficié d'une immunité pour avoir révélé l'existence de l'entente à la Commission.

Toutes les autres ont vu leur amende réduite de 10% car elles ont choisi de régler le litige par voie de transaction avec la Commission, précise l'exécutif européen dans un communiqué.

La sanction individuelle la plus importante a été infligée à l'allemand Schaeffler, qui écope de plus du tiers de l'amende totale, soit 370,5 millions d'euros. Le suédois SKF s'est vu infliger une amende de 315,1 millions d'euros.

Les japonais NTN, NSK et NFC se sont vu infliger les sommes respectives de 201,3 millions d'euros, 62,4 millions et près de 4 millions.

Nouvelle étape

Ces entreprises fabriquent des roulements utilisés par les fabricants de voitures, de camions et de pièces détachées destinées à l'industrie automobile pour réduire les frictions entre les pièces mobiles d'un véhicule.

«La décision d'aujourd'hui marque une nouvelle étape clé dans les efforts déployés actuellement par la Commission pour mettre un coup d'arrêt aux ententes sur le marché des pièces détachées automobiles, après les sanctions déjà infligées aux producteurs de fils électriques et de mousse utilisée dans les sièges des voitures», a commenté le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia, cité dans le communiqué.

Prix artificiellement gonflés

«Si l'on restait les bras croisés, les cartels sur le marché des pièces détachées automobiles pourraient amoindrir la compétitivité de l'industrie automobile et gonfler artificiellement les prix payés par les acheteurs européens de voitures», a-t-il souligné, jugeant «incroyable de constater une fois de plus qu'un composant automobile a été cartellisé».

«J'espère que les amendes infligées dissuaderont les entreprises de s'adonner à ces pratiques illégales et aideront à rétablir la concurrence dans ce secteur», a-t-il insisté. (ats)

Ton opinion