Procès Jackson : Amende pour le témoin clé
Actualisé

Procès Jackson Amende pour le témoin clé

Après diverses empoignades verbales avec le procureur, lors du procès du Dr Conrad Murray, le témoin de la défense a été sanctionné.

Le témoin clé des avocats du Dr Conrad Murray, reconnu coupable à Los Angeles de l'homicide involontaire de Michael Jackson, a été condamné mercredi à une amende de 250 dollars. Il s'est vu infliger cette mesure pour «mépris caractérisé» envers la justice.

Le Dr Paul White avait témoigné à la fin du procès du Dr Murray pour défendre la théorie selon laquelle le chanteur, décédé le 25 juin 2009, s'était auto-injecté une dose mortelle de cet anesthésiant qu'il utilisait comme somnifère.

Cette thèse a été, durant tout le procès, vigoureusement combattue par l'accusation qui a produit un autre témoin clé, le Dr Paul Shafer.

Lors de sa déposition le 31 octobre, le Dr White avait eu plusieurs empoignades verbales avec le procureur. Les tensions avaient été exacerbées par les références du Dr White à des entretiens qu'il avait eus avec le Dr Murray, pourtant écartés du procès.

Autre mesure évoquée

Pendant une interruption de séance, le juge Michael Pastor, furieux, avait lui sommé le Dr White de ne plus faire référence à ces conversations. Mais le juge était apparu encore plus énervé quand le Dr White avait déclaré, en séance, en réponse à une question du procureur, qu'il aimerait bien répondre, mais que le magistrat ne voulait pas qu'il parle de certaines choses.

Considérant ces propos comme «un mépris caractérisé» pour son travail, le juge Pastor avait remis à plus tard le jugement de cet écart passible d'une amende de 1000 dollars.

Le juge Pastor a par ailleurs décidé d'abandonner une autre poursuite à l'encontre du praticien. Selon le site E! Online, le médecin aurait traité le Dr Steve Shafer de «sac à merde» lors d'un débat le 20 octobre.

Le Dr Murray, reconnu coupable d'homicide involontaire, a été placé en détention jusqu'au 29 novembre, date à laquelle lui sera signifiée sa peine. Il risque jusqu'à quatre ans de prison et la perte de sa licence médicale. (ats/afp)

Ton opinion