Football: Amiri se serait entendu dire «Afghan de m…»
Publié

FootballAmiri se serait entendu dire «Afghan de m…»

A Berlin, l’international allemand d’origine afghane de Leverkusen aurait été la cible d’insultes racistes. Un dérapage supposé condamné par Urs Fischer, le coach suisse d’Union.

par
Sport-Center
Nadiem Amiri (au centre) aurait été victime d’insultes racistes de la part d’un joueur d’Union Berlin. Au lendemain d’une fin de match houleuse, l’international allemand d’origine afghane a joué la carte de l’apaisement. 

Nadiem Amiri (au centre) aurait été victime d’insultes racistes de la part d’un joueur d’Union Berlin. Au lendemain d’une fin de match houleuse, l’international allemand d’origine afghane a joué la carte de l’apaisement.

AFP

Vendredi soir, en ouverture de la 16e journée de Bundesliga, Union Berlin a fait tomber Leverkusen grâce à un but tardif de son remplaçant Teuchert (88e, 1-0). Mais la victoire des joueurs de l’entraîneur suisse Urs Fischer a été quelque peu occultée par les pénibles incidents qui ont éclaté au coup de sifflet final.

Il est notamment question de racisme envers un joueur visiteur et si les faits s’avèrent exacts, ils sont extrêmement graves, réclamant des sanctions exemplaires.

Dans le rôle de la victime, on retrouve Nadiem Amiri, l’international allemand de Leverkusen d’origine afghane, lequel aurait été copieusement insulté par un joueur berlinois. Ce que les images montrent, c’est qu’Amiri a voulu en découdre avec Florian Hübner, le défenseur d’Union au coup de sifflet final, allant jusqu’à saisir son opposant au visage.

«Ses origines, les origines de ses parents ont été insultées»

Jonathan Tah, joueur de Leverkusen

Que s’est-il auparavant passé pour justifier une telle réaction? Les deux hommes s’étaient déjà accrochés quelques minutes avant le but.

Coéquipier d’Amiri, Jonathan Tah a livré sa vision des faits devant les caméras de DAZN. «Le premier bilan que je tire du match, et que je trouve très amer, est la situation concernant Nadiem Amiri. Ses origines, les origines de ses parents ont été insultées…» Et le défenseur central de Leverkusen de dévoiler la teneur supposée de l’échange: «Il y a eu des discussions et le mot «Afghan de m…» est tombé.» On peut supposer que l’insulte a été proférée par Hübner mais rien ne permet de l’affirmer de façon péremptoire.

Interrogé sur la nature exacte de ce qui s’était passé, Urs Fischer a confirmé qu’il avait eu vent de «mots qui n'ont pas leur place sur un terrain», précisant que «des choses auraient été dites des deux côtés». Après l’altercation, Amiri avait semble-t-il rejoint le vestiaire en pleurs.

«J'espère que ceci aura des conséquences», devait conclure Jonathan Tah. «Je ne peux pas prouver ce qui s’est dit mais nous allons essayer de régler le problème», a pour sa part promis le coach suisse d’Union, équipe surprise de Bundesliga (4e).

Un joueur s’est excusé

Ce samedi sur le site du Bayer, la victime a expliqué avoir reçu les excuses d’un joueur berlinois après le match et les avoir acceptées. «Le joueur était sincèrement désolé, raison pour laquelle pour moi, cette histoire est terminée», a lâché Amiri, jouant la carte de l’apaisement.

Les faits, eux, demeurent. Reste donc à savoir si une enquête sera ouverte afin de faire toute la lumière sur cette triste affaire.


Ton opinion