Birmanie: Amnesty retire un prix à Aung San Suu Kyi
Actualisé

BirmanieAmnesty retire un prix à Aung San Suu Kyi

Aung San Suu Kyi se voit retirer le plus prestigieux prix des droits humains pour son manque de compassion et d'action envers les Rohingyas.

1 / 119
Des crimes de guerre ont bien été commis contre les Rohingyas mais pas de génocide, assure un rapport d'enquête birman lundi. (20 janvier 2020)

Des crimes de guerre ont bien été commis contre les Rohingyas mais pas de génocide, assure un rapport d'enquête birman lundi. (20 janvier 2020)

AFP
L'ancienne icône de la démocratie Aung San Suu Kyi comparait devant la Cour internationale de justice mardi pour défendre la Birmanie, accusée par d'autres pays de «génocide» contre les Rohingyas. (Mardi 10 décembre 2019)

L'ancienne icône de la démocratie Aung San Suu Kyi comparait devant la Cour internationale de justice mardi pour défendre la Birmanie, accusée par d'autres pays de «génocide» contre les Rohingyas. (Mardi 10 décembre 2019)

Keystone
Aung San Suu Kyi, à gauche, est accueillie par un représentant du Myanmar à son arrivée à l'aéroport de Rotterdam, aux Pays-Bas. (8 décembre 2019)

Aung San Suu Kyi, à gauche, est accueillie par un représentant du Myanmar à son arrivée à l'aéroport de Rotterdam, aux Pays-Bas. (8 décembre 2019)

AFP

Amnesty International a retiré son prix le plus prestigieux des droits humains à Aung San Suu Kyi. L'ONG l'accuse de perpétuer des atteintes aux droits humains en ne s'exprimant pas sur les violences, dont a été victime la minorité musulmane des Rohingyas.

«En tant qu'ambassadrice de conscience d'Amnesty International, nous espérions que vous utiliseriez votre autorité morale pour dénoncer l'injustice partout où vous la verriez, même en Birmanie», a écrit Kumi Naidoo, le secrétaire général de l'ONG, dans un courrier adressé à Aung San Suu Kyi.

«Nous sommes consternés de constater que vous ne représentez plus un symbole d'espoir, de courage et de défense indéfectible des droits de l'homme», a-t-il ajouté. «Nous vous retirons donc ce prix avec une profonde tristesse».

Aung San Suu Kyi, la chute

La dirigeante birmane, lauréate du prix Nobel de la paix, est critiquée pour son action au sein du parti au pouvoir.

Amnesty International entend ainsi dénoncer les multiples violations des droits humains observées depuis l'arrivée d'Aung San Suu Kyi à la tête du gouvernement birman en 2016. Plus de 700'000 Rohingyas ont fui en 2017 les exactions commises par des militaires birmans et des milices bouddhistes pour se réfugier au Bangladesh voisin, où ils vivent depuis dans d'immenses campements de fortune.

Mi-septembre, la Mission d'établissement des faits de l'ONU sur la Birmanie a présenté devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU un rapport dénonçant un «génocide», et appelant à des poursuites devant la justice internationale contre des généraux birmans.

Ancienne icône de la démocratie, prix Nobel de la Paix en 1991, Aung San Suu Kyi a été critiquée pour sa froideur, son manque de compassion et d'action devant le sort réservé aux musulmans rohingyas. Elle n'a jamais condamné les violences.

«Atteintes à la liberté d'expression»

L'ONG a également déploré les «atteintes à la liberté d'expression». «Des défenseurs des droits humains, des militants pacifiques et des journalistes ont été arrêtés et emprisonnés, tandis que d'autres sont menacés, harcelés et intimidés pour leur travail».

En septembre, deux reporters birmans de l'agence Reuters, accusés d'«atteinte au secret d'Etat» pour avoir enquêté sur un massacre de musulmans rohingyas par l'armée, ont été condamnés à sept ans de prison. Ils ont fait appel.

Trois autres journalistes du groupe Eleven Media ont été brièvement emprisonnés en octobre après pour avoir critiqué un proche de la dirigeante. Ils ont finalement été libérés après le retraît de la plainte par les autorités.

Aung San Suu Kyi avait été nommée ambassadrice de conscience d'Amnesty en «reconnaissance de sa lutte pacifique et non violente pour la démocratie et les droits humains». Elle vivait à l'époque assignée à résidence, sous la surveillance de la junte militaire. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion