La Poste - Ampoules «anti-Covid-19» retirées de la vente
Publié

La PosteAmpoules «anti-Covid-19» retirées de la vente

Un produit vendu sur un stand en libre-service devant des guichets postaux vantait des vertus antivirales et antibactériennes.

par
Frédéric Nejad Toulami
Douze offices postaux entre Lausanne et Montreux proposaient jusqu’à ce jeudi 29 juillet cette lumière LED «purifiante».

Douze offices postaux entre Lausanne et Montreux proposaient jusqu’à ce jeudi 29 juillet cette lumière LED «purifiante».

dr

Une Vaudoise a fait part de sa surprise, jeudi matin sur un réseau social, après avoir découvert un stand insolite dans un office à Lausanne. Des ampoules LED y étaient vendues avec la mention «testées avec une efficacité de 99,8% sur le Covid-19».

En pleine propagation du variant Delta, «20 minutes» a sollicité La Poste à ce sujet pour connaître ses critères de sélection. «Ce produit fait partie d’une offre régionale dans 12 filiales de La Poste dans la région entre Lausanne et Montreux pendant quelques semaines, explique le porte-parole Stefan Dauner. Nos responsables des ventes dans les différentes régions ont la possibilité d’approcher les partenaires locaux et de leur proposer des espaces de vente dans nos filiales, afin de soutenir les entreprises régionales.»

Retrait «immédiat» vu la situation actuelle

Quant à ces ampoules LED contre les virus et les bactéries, Stefan Dauner fait une annonce radicale: «Nous n’avons pas été assez sensibles dans ce choix vu la situation actuelle. Nous retirons donc ce produit avec effet immédiat», a répondu le porte-parole jeudi après-midi.

Une «purification» certifiée scientifiquement

Dans le média du Nord vaudois «La Région», un cadre de la société régionale de distribution exclusive de ce produit en Suisse précisait en avril dernier: «Il s’agit là de purification mais surtout de prévention pour limiter les bactéries et éviter de prendre des antibiotiques. Cette lumière ne stérilise pas». Sur le site web de la société italienne Biovitae, les certifications scientifiques et les clients prestigieux qui lui font confiance se bousculent.

Contactée, l’entreprise explique qu’actuellement la plupart de ses collaborateurs sont en vacances, mais: «Nous allons nous réunir pour étudier la décision de notre partenaire dès la rentrée», annonce-t-elle. Quant au Département vaudois de la santé, il précise que cette ampoule «n’entre a priori pas dans le cadre des prérogatives de l’Office du Médecin cantonal. Il ne s’agit pas d’un produit thérapeutique ou médicamenteux, mais semble être un produit biocide, soumis aux exigences de la loi sur les produits chimiques, qui requiert une autorisation pour être mis sur le marché. L’autorité cantonale compétente est la Direction Générale de l’Environnement».

Ton opinion

132 commentaires