Football: Ancien espoir prometteur du foot suisse, il prend sa retraite à 27 ans

Publié

FootballAncien espoir prometteur du foot suisse, il prend sa retraite à 27 ans

On lui prédisait une grande carrière, mais l’attaquant Shani Tarashaj n’a jamais confirmé. Pourtant, il a joué sous le maillot rouge à croix blanche lors de la phase finale de l’Euro 2016.

par
Renaud Tschoumy
Shani Tarashaj, ici le 17 février 2019 sous le maillot de Grasshopper face à NE Xamax.

Shani Tarashaj, ici le 17 février 2019 sous le maillot de Grasshopper face à NE Xamax.

Benjamin Soland/Blick/freshfocus

Il n’a que 27 ans, et pourtant il vient d’annoncer qu’il mettait un terme à sa carrière de joueur professionnel. C’est par un long post sur Instagram que Shani Tarashaj a fait part de sa décision il y a quelques jours.

«C'est avec un œil qui rit et un œil qui pleure que je vous annonce que je dois mettre un terme à ma carrière de footballeur professionnel en raison de plusieurs blessures et maladies, a-t-il écrit. Je suis malgré tout extrêmement fier de pouvoir considérer la carrière mouvementée qui a été la mienne, malgré plusieurs coups durs.»

Il n’oublie pas de citer Grasshopper, son club formateur, qui lui a permis de faire ses premiers pas dans le monde du football professionnel. Il ajoute: «Mon transfert dans ce club historique de Premier League qu’est Everton et ma période à l’Eintracht Francfort sont et resteront inoubliables.»

Joueur double national suisse et kosovar, né à Hausen am Albis (ZH) le 7 février 1995, Shani Tarashaj a très vite été promis à un grand avenir. L’attaquant fait ses débuts en première équipe de Grasshopper lors de la saison 2014/15, à moins de 20 ans. Et il s’affirme rapidement comme un grand espoir du foot suisse, au point qu’Everton l’achète pour 4 millions d’euros en janvier 2016.

Manager d’Everton à cette époque, l’actuel sélectionneur de la Belgique Roberto Martinez ne tarissait pas d’éloges sur sa recrue: «Je sens qu'il va apporter quelque chose de très spécial. Il va faire tomber les fans de leurs chaises.» Mais les fans sont restés les fesses sur leur siège, puisque Tarashaj n’a jamais été aligné en Premier League – et à peine deux fois avec l’équipe M21 des Toffees.

Il est malgré tout convoqué dans la foulée en équipe de Suisse par Vladimir Petkovic. Il porte pour la première fois le maillot rouge à croix blanche le 25 mars 2016, à Dublin contre l’Eire (il remplace Blerim Dzemaili à la 71e minute). S’ensuivront quatre autres sélections, dont une entrée lors de l’Euro 2016 en France: trois minutes en tout lors de cette phase finale (il remplace Xherdan Shaqiri à la 91e minute contre la Roumanie). Ce sera sa cinquième – et dernière – sélection en équipe A, alors qu’il n’a que 21 ans.

Shani Tarashaj sous le maillot de l’équipe de Suisse, le 28 mai 2016 contre la Belgique à Genève.

Shani Tarashaj sous le maillot de l’équipe de Suisse, le 28 mai 2016 contre la Belgique à Genève.

freshfocus

La suite de sa carrière n’est qu’une longue succession de transferts pas forcément réussis – voire même plutôt ratés. Entre retours à Grasshopper et prêts à l’Eintracht Francfort (2016/17, 15 matches/1 but), puis à Emmen (Eredivisie néerlandaise, 2019/20, 2 matches/1 but), Tarashaj ne réussit jamais à s’imposer. Il faut dire qu’il n’est pas épargné par les blessures: 145 jours d’absence en 2016/17 pour une déchirure du ménisque, 142 autres en 2018/19 pour une blessure au pied, enfin 188 jours en 2019/20 après avoir reçu un gros coup.

La carrière de Shani Tarashaj s’achève dans l’anonymat le plus complet sous le maillot de l’équipe M21 du FC Zurich (12 apparitions/1 but en Promotion League de janvier à octobre de l’année passée).

Près d’un an après son dernier match officiel, le 23 octobre 2021 contre Sion M21, Tarashaj a donc choisi de tirer la prise.

Ton opinion

25 commentaires