Tour de Romandie: Andy Rihs les remet en piste
Actualisé

Tour de RomandieAndy Rihs les remet en piste

Jeudi, le Tour de Romandie fera étape à Granges (SO), futur centre vital de la petite reine en Suisse.

par
Grégory Beaud
Renens
Amoureux du vélo, le patron de BMC se réjouit de former des jeunes sur l'anneau de Granges. (Photo: velodromesuisse.ch)

Amoureux du vélo, le patron de BMC se réjouit de former des jeunes sur l'anneau de Granges. (Photo: velodromesuisse.ch)

«Nous arriverons tout près du vélodrome en construction, détaillait Richard Chassot. Je suis fier d'associer cette course à ce beau projet.» Au moment de présenter son parcours, le directeur du Tour avait eu un coup de cœur pour l'étape qui arrivera en Suisse alémanique. «Ce qui s'y passe est important pour l'avenir du cyclisme en Suisse.»

Le pays compte déjà plusieurs infrastructures du genre, mais l'installation soleuroise aura une dimension supplémentaire. En plus d'une piste en bois de 250m, Swiss Cycling y installera son quartier général et un centre de formation. «Nous voulons faire éclore les champions de demain, a déclaré Andy Rihs, patron de l'équipe BMC et instigateur du projet pharaonique (15 millions de francs). N'oublions pas que la piste est la meilleure école pour les jeunes. Prenez Bradley Wiggins: il y a tout appris avant de devenir le champion qu'on connaît.»

Le projet aurait dû être bouclé pour l'arrivée du TdR. Mais le mauvais temps a repoussé l'échéance au 21 juin. Andy Rihs, qui n'a pas hésité à délier les cordons de la bourse, se défend, non sans envoyer une petite pique: «Si ce projet avait été entre les mains des pouvoirs publics, on en aurait eu pour une vingtaine d'années au moins. Là, il a été lancé en 2010. Trois ans pour sa réalisation, c'est un record national, non?»

Meersman en lieu et place de Cavendish

Sans surprise, c'est un peloton groupé qui s'est présenté à l'arrivée de la première étape entre Saint-Maurice et Renens. Grandissime favori, Mark Cavendish a été distancé dès les premiers mètres de la montée du Mollendruz. Il n'a pas pu défendre ses chances dans la ville de l'Ouest lausannois. A ce petit jeu, c'est le ¬Belge Gianni Meersman (photo), coéquipier du Britannique, qui s'est imposé. «Je me suis fait enfermer à 500 mètres de la ligne et je pensais que c'était perdu, a-t-il souri. Puis j'ai vu une ouverture et je m'y suis engouffré. Si Mark avait été là, j'aurais dû travailler pour lui.»

Mon premier Tour de Romandie, par Jonathan Fumeaux (IAM Cycling)

«Je suis allé chercher le point face au vent»

«J’ai bénéficié de soutien tout au long de l’étape, mais principalement au départ, à Saint-Maurice, où des connaissances étaient venues m’encourager. Ça fait toujours plaisir. Le fan club de Steve Morabito est également présent sur la course. Il est derrière tous les Valaisans. Lors du premier Grand Prix de la montagne, à Châtel-Saint-Denis, il restait un point à glaner après le passage des échappés. J’ai fait l’effort d’aller le chercher malgré le vent de face. On ne sait jamais. Sur la suite de la semaine, ça pourrait avoir son importance. Le passage du Mollendruz était difficile: ça roulait vite. Mais je suis content d’être parvenu à passer avec le peloton. Dans les derniers kilomètres, il était primordial d’éviter les chutes. Toute l’équipe était présente à l’avant au moment où ça devenait nerveux. C’est le meilleur moyen de passer entre les gouttes.»

Ton opinion