France: Anesthésiée par une alcoolo, une mère décède
Actualisé

FranceAnesthésiée par une alcoolo, une mère décède

Une future maman a perdu la vie pendant son accouchement lundi, victime d'une erreur médicale. Arrêtée, le médecin en cause a reconnu qu'elle souffrait d'addiction à l'alcool.

par
joc
L'agence régionale de santé (ARS) a engagé une procédure de fermeture de la maternité d'Orthez.

L'agence régionale de santé (ARS) a engagé une procédure de fermeture de la maternité d'Orthez.

Une Française âgée de 28 ans a perdu la vie lundi à l'hôpital de Pau (sud-ouest). Victime d'un grave accident d'anesthésie alors qu'elle devait subir une césarienne à la maternité d'Orthez, la patiente a succombé à un arrêt cardiaque. Son bébé, lui, est sain et sauf. Jeudi, le procureur a révélé que le médecin anesthésiste, une femme âgée de 45 ans, n'était pas en possession de tous ses moyens au moment de l'accouchement. Arrêtée mardi, la spécialiste a dû être placée en cellule de dégrisement pour pouvoir être entendue par les gendarmes.

«Elle présentait un taux d'alcool de plus de 2 grammes par litre de sang. Depuis lors, elle a reconnu qu'en raison d'un état dépressif, elle était confrontée depuis plusieurs mois à un problème d'addiction à l'alcool», a expliqué à RTL le procureur de Pau.

Même s'il est impossible de déterminer le taux d'alcoolémie que présentait le médecin au moment de l'accouchement, le procureur affirme qu'elle ne se trouvait pas dans son «état normal». La quadragénaire, qui venait d'être engagée par la clinique, était encore en période d'essai. Elle a été mise en examen jeudi pour «homicide involontaire» et «manquement délibéré à une obligation de sécurité». Elle risque jusqu'à 5 ans d'emprisonnement, précise «Le Parisien». Une information judiciaire a été ouverte contre elle ainsi que contre X. Il s'agira en effet de comprendre comment l'alcoolisme du médecin a pu échapper à ses collègues, à la clinique qui l'employait et à la direction de la maternité.

Ton opinion