Afghanistan: Angela Merkel en visite surprise
Actualisé

AfghanistanAngela Merkel en visite surprise

La chancelière allemande et son ministre de la Défense Thomas de Maizière sont arrivés en Afghanistan pour une visite-surprise.

La cheffe de file de la CDU a rendu hommage au soldat allemand tombé au samedi.

La cheffe de file de la CDU a rendu hommage au soldat allemand tombé au samedi.

Mme Merkel s'est d'abord rendue à Kunduz, dans le nord, peu après son arrivée au quartier général de l'armée allemande de Mazar-i-Sharif. Là, elle a souligné l'importance du «processus politique» en Afghanistan qui progresse «parfois de façon laborieuse, parfois un peu plus lentement que nous le souhaiterions», a-t-elle constaté.

«Mais cela est essentiel si nous voulons que notre engagement militaire (...) soit vraiment un succès», a ajouté la chancelière. Elle faisait référence à l'élection présidentielle devant décider l'an prochain du successeur à Hamid Karzaï qui ne peut briguer un troisième mandat.

Aucune rencontre avec le président Karzaï n'est prévue lors de cette visite réservée «uniquement aux troupes allemandes à Kunduz et Mazar-i-Sharif», a indiqué le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert, sur son compte Twitter.

Mme Merkel devait retourner à Mazar-i-Sharif après sa brève visite à Kunduz. «Elle est ici pour marquer son soutien à nos troupes, assister à des réunions, et répondre aux préoccupations après la mort récente d'un de nos soldats», a déclaré un porte-parole de l'armée allemande en Afghanistan.

La durée et le programme de cette visite n'ont pas été dévoilés pour des raisons de sécurité.

Victime allemande

Samedi, un soldat appartenant aux unités spéciales de la Wehrmacht a été tué dans une «attaque des insurgés» dans la province de Baghlan, dans le nord du pays.

Les forces spéciales de l'armée allemande avaient accompagné une opération militaire de l'armée régulière afghane dans cette province, quand les insurgés ont ouvert le feu sur les soldats, selon le rapport de la Bundeswehr. Un autre soldat allemand a été blessé, mais ses jours ne sont pas en danger.

Il s'agit de la première perte humaine depuis près de deux ans dans les rangs allemands de l'Isaf, qui représentent le troisième contingent de cette force internationale de l'OTAN, après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. L'Allemagne a toutefois réduit ses effectifs à 4200 soldats contre plus de 5000 auparavant.

Journée meurtrière

Angela Merkel s'était déclarée bouleversée après avoir appris la nouvelle de l'attaque. Elle a condamné «avec véhémence» tout «acte terroriste qui empêcherait une évolution positive en Afghanistan».

Sept autres militaires étrangers ont été tués ce jour-là, ce qui en fait la journée la plus meurtrière pour la force internationale depuis août 2012 et le lancement par les talibans fin avril de leur «offensive de printemps». Cette dernière vise les forces afghanes et internationales au moyen d'attentats-suicides et d'attaques menées par des agents infiltrés.

Cinq soldats américains ont trouvé la mort dans l'explosion d'un engin piégé dans la province de Kandahar, dans le sud, et deux autres militaires ont été tués dans l'ouest du pays, où sont déployés des Américains, par un soldat afghan ayant «retourné son arme contre eux». Les talibans ont revendiqué cette attaque.

Près de 100'000 militaires étrangers sont déployés en Afghanistan sous l'égide de l'OTAN, dont la mission doit se terminer fin 2014. (ats)

Ton opinion