Crise financière: Angela Merkel: le capitalisme «ne peut pas continuer tel qu'actuellement»
Actualisé

Crise financièreAngela Merkel: le capitalisme «ne peut pas continuer tel qu'actuellement»

Si elle a réaffirmé son attachement aux «mécanismes de l'économie de marché», Angela Merkel a néanmoins estimé jeudi lors d'un colloque à Paris que «cela ne peut pas continuer tel que ça l'est actuellement».

«Nous avons besoin de nouvelles réglementations des marchés financiers», a déclaré la Chancelière allemande à l'ouverture du colloque «nouveau monde, nouveau capitalisme» à l'école militaire.

«Nous devons plus réglementer, mieux réglementer les marchés financiers», a-t-elle souligné, excluant d'y renoncer une fois la crise passée: «moi, je resterai ferme», car «il est impossible de répéter les erreurs du passé». «Il faut que nous restions fermes et déterminés».

La chancelière a déploré «les montagnes de dettes que nous accumulons actuellement pour combattre la crise», même si «il n'y a aucune autre possibilité», selon elle. «Une fois que nous aurons fait tout cela, nous devrons également trouver une voie pour avoir une économie vraiment durable».

Elle a également plaidé pour «une architecture institutionnelle du 21e siècle». Ce sera «un travail difficile dans les années à venir», mais «il nous faut également une charte pour une économie à long terme raisonnable» comme il existe une charte des droits de l'Homme, a-t-elle estimé.

Mais «si on se contentait d'examiner uniquement les marchés financiers on ferait une erreur», a-t-elle ajouté, en évoquant une Chine qui dispose du «plus grand excédent de devises du monde avec quelque 2.000 milliards de dollars» alors qu'il y a un «déficit des Etats-Unis très important». C'est «un facteur d'instabilité», a-t-elle souligné. (ap)

Ton opinion