Les dessous de «Secret Story»: Angie a planqué un téléphone portable dans son intimité
Actualisé

Les dessous de «Secret Story»Angie a planqué un téléphone portable dans son intimité

Le paparazzo Jean-Claude Elfassi a collaboré avec Elisabeth, l'une des candidates de «Secret Story 3», à la rédaction d'un livre sur les dessous de l'émission de télé-réalité qui contient des passages croustillants.

par
fab

«Secret Story 3. L'envers du décor raconté par les candidats». Tel est le nom du livre écrit par Elisabeth Fanger, la doyenne des candidats de la troisième saison de «Secret Story», avec la collaboration de Jean-Claude Elfassi. Il contient des témoignages de candidats dont Martin, Romain, Cindy, Elise, Kevin et Vanessa.

Des médias français sont parvenus à se procurer un exemplaire du livre avant sa sortie en librairie.

Elfassi y affirme qu'il aurait été contacté par TF1 afin de s'occuper d'Angie: «Elle doit aller le plus loin possible dans l'émission, occupe-toi de sa communication, pendant et après», aurait demandé un producteur de la chaîne au photographe. Ce dernier affirme qu'il est à l'origine de l'idée du couple avec Romain ayant assuré à Angie que «seuls les couples sont médiatiques».

Elfassi serait même allé jusqu'à tenter de faire passer en douce un téléphone portable dans la Maison des Secrets pour qu'Angie puisse rester en contact avec lui. «J'ai eu une idée: planquer un portable sur elle», affirme-t-il. «Au préalable, on a fait des essais au Palais de justice pour voir si elle passait sans encombre les détecteurs de métaux. Les essais se sont révélés concluants. Le téléphone est planqué dans un préservatif et introduit… Là où je pense. Mais Angie craignait le pire: 'J'ai peur que ça tombe, que ça se coince!' Alors, on l'a relié à une ficelle…». Un téléphone qui, selon ce que le paparazzo a écrit sur son site, sera «bientôt en vente sur eBay».

Finalement, la blonde aurait abandonné cette idée avant de rejoindre l'émission. Mais le subterfuge aurait été utilisé lors des auditions et aurait ainsi permis à Elfassi d'entendre tout ce qui s'y disait. «J'ai entendu et enregistré les conversations», écrit-il. «Chaque fois qu'elle ne voulait pas faire quelque chose, Angélique Sansonnetti, la directrice artistique, vociférait 'C'est comme ça où tu ne rentres pas dans le Maison!'»

Angie se serait également plainte de la pression exercée par le production sur elle pour qu'elle corresponde à l'image désirée: «Ils me parlent très mal, ils exigent tout un tas de choses. Le portrait que je fais, tout est dicté. Cela ne correspond pas à ce que je suis», aurait-elle déclaré à Elfassi.

Ton opinion