Actualisé

Attentat de BerlinAnis Amri a atteint la France via les Pays-Bas

L'auteur présumé des attentats de Berlin aurait rejoint la France en passant par les Pays-Bas, avant de se diriger vers l'Italie.

1 / 82
Un an après l'attentat de Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, critiquée pour son manque d'empathie et des négligences de la part des autorités, rencontre les proches des victimes. (Lundi 18 décembre 2017)

Un an après l'attentat de Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, critiquée pour son manque d'empathie et des négligences de la part des autorités, rencontre les proches des victimes. (Lundi 18 décembre 2017)

AFP
La ville de Berlin accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait théoriquement pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne commette l'attentat. (Mercredi 17 mai 2017)

La ville de Berlin accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait théoriquement pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne commette l'attentat. (Mercredi 17 mai 2017)

AFP
Le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, a défendu jeudi devant la presse étrangère les deux policiers qui ont abattu Anis Amri. Les deux hommes sont soupçonnés d'être racistes ou nostalgiques du fascisme. (2 mars 2017)

Le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, a défendu jeudi devant la presse étrangère les deux policiers qui ont abattu Anis Amri. Les deux hommes sont soupçonnés d'être racistes ou nostalgiques du fascisme. (2 mars 2017)

AFP/archive

Anis Amri, l'auteur présumé de l'attentat de Berlin abattu par la police italienne à Milan, a transité par les Pays-Bas avant de passer par la France, a-t-on appris mercredi de sources proches de l'enquête, confirmant une information de LCI.

Deux jours après l'attaque qui a fait 12 morts, le Tunisien de 24 ans «aurait voyagé dans la nuit du 21 au 22 décembre par car de la gare routière de Nimègue», une ville des Pays-Bas près de la frontière avec l'Allemagne à une heure d'Amsterdam, «jusqu'à la gare ferroviaire de Lyon-Part-Dieu», a précisé l'une des sources.

Anis Amri a ensuite été repéré par les caméras de vidéosurveillance le 22 décembre à Lyon-Part-Dieu. Puis, il a gagné par train Chambéry et enfin Milan, dans le nord de l'Italie, où il été tué dans la nuit du 22 au 23 décembre lors d'un contrôle policier.

Complices interpellés

Les investigations se poursuivent pour déterminer notamment comment il a quitté la capitale allemande pour rejoindre les Pays-Bas.

«Je peux confirmer que la police néerlandaise enquête pour savoir si, après l'attentat de Berlin, il a voyagé à travers les Pays-Bas», a déclaré Wim de Bruin, porte-parole du parquet national néerlandais, refusant de donner davantage de détails.

Anis Amri est soupçonné d'avoir tué 12 personnes et d'en avoir blessé des dizaines d'autres le 19 décembre à Berlin avec un camion-bélier lancé sur un marché de Noël. L'attentat a été revendiqué par le groupe djihadiste, Etat islamique (EI).

Les autorités allemandes recherchent d'éventuels complices, alors que trois proches du tueur présumé, dont son neveu, ont été interpellés samedi en Tunisie. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!