Ankara: 125.000 manifestants contre le voile
Actualisé

Ankara: 125.000 manifestants contre le voile

Ces personnes protestaient contre un projet de loi gouvernemental rétablissant le port du voile islamique dans les universités.

«La Turquie est laïque et elle le restera», ont notamment scandé les manifestants rassemblés devant le mausolée du fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk. Il avait interdit le port des symboles religieux dans la vie quotidienne. Depuis un coup d'Etat en 1980, le port du foulard est totalement interdit dans les administrations et les écoles turques.

«Je suis furieux des tentatives de recouvrir du voile la République elle-même», commentait Sevgi Ozel, un des manifestants. Senal Saruhan, présidente de l'Association des femmes républicaines à l'origine de la manifestation a de son côté accusé le gouvernement «d'exploiter la religion» à des fins politiques.

Un projet de loi autorisant le port du voile islamique dans les universités a été présenté au Parlement turc le 29 janvier par le Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir) et le Parti d'action nationaliste (MHP, opposition). Deniz Baykal, le chef du Parti républicain du peuple (CHP, laïc), a qualifié de «menace contre la République» ce texte sur lequel les parlementaires doivent se prononcer la semaine prochaine.

Les auteurs du projet de loi expliquent notamment que l'abrogation de cette interdiction est essentielle pour respecter les principes de liberté établis par Atatürk.

Le texte stipule que les étudiantes seraient autorisées à porter le voile à l'université à condition qu'il soit noué sous le menton, afin d'exposer la majeure partie du visage. «Les tchadors, voiles et burqas ne seront pas autorisés», a souligné le dirigeant du MHP, Devlet Bahceli. «Personne ne sera autorisé à utiliser le foulard comme moyen d'expression politique contre l'Etat», a-t-il ajouté.

Lundi, l'AKP et le MHP ont conclu un accord amendant la Constitution et la loi sur l'enseignement supérieur pour permettre aux femmes de porter le voile. Les deux partis disposent ensemble de plus de la majorité des deux tiers au Parlement.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a rejeté les critiques de l'opposition. «Le gouvernement est le garant et le protecteur de la République, de la laïcité, de la démocratie et de l'état de droit. Aucune de nos mesures ou pratiques n'ont été contraires» à ce principe et «le seront jamais», a-t-il dit.

L'an dernier, l'opposition laïque, soutenue par l'armée, avait tenté de s'opposer à la candidature d'Abdullah Gül à la présidence car son épouse porte le voile. Le Parlement l'avait finalement élu en août.

Hayrunnisa Gül avait contesté en 1998 l'interdiction du foulard à l'université devant la Cour européenne des droits de l'Homme. Elle avait finalement retiré son recours car son mari était à l'époque ministre des Affaires étrangères. (ap)

Ton opinion